Olivier Marqueze-Pouey, Assistant de l’ancien Président de 2001 à 2012 : « Comment la famille Wade m’a mis à terre »

Texte alternatif de la bannière

L’homme est amer. Très amer même. Il fut un des hommes de confiance de la famille Wade. Chef d’entreprise au service de ladite famille, de 2001 à 2012, Olivier Marqueze-Pouey ne sait plus, aujourd’hui, où donner de la tête.

A la faveur d’un entretien qu’il a accordé à Vox Populi, hier, Olivier Marqueze-Pouey, de passage à Dakar, revient sur ses déboires qu’il impute à la famille Wade. Des déboires dont certains quotidiens sénégalais, à l’image du défunt « Populaire », avait fait de larges échos en avril 2013.

« Depuis 2011, Karim et le Président Wade m’ont demandé de ne pas faire de contrat de prestation du fait qu’il y avait une enquête en France sur les biens mal acquis concernant les chefs d’Etat de pays africains. Comme on avait des relations de confiance depuis 9 ans, nous avons convenu que ça allait se faire dans la confiance. Le contrat qui nous liait, c’est un contrat de location de véhicules avec chauffeurs, l’organisation des déplacements, la réservation des hôtels, la réservation des restaurants, au niveau de la France et en Europe », révèle-t-il. Avant de poursuivre : « j’avais une équipe de 5 chauffeurs, des voitures, des locaux basés dans le 8e arrondissement, à Paris. Quand il a perdu le pouvoir, les choses se sont compliquées, malgré le fait qu’il m’ait promis de régler les factures. Les Wade me doivent 347 000 euros (225 550 000 Fcfa) je croyais qu’ils allaient me payer. Mais jusqu’à présent, rien ».

Olivier Marqueze-Pouey croit savoir que c’est Karim Wade qui l’empêche de rentrer dans les fonds. « Je sais que le président Wade est quelqu’un de bon, de généreux. Mais, très vite, j’ai compris qu’il était conseillé par d’autres pour ne pas régler les factures. Je pense que Karim Wade a dû dire à son père de ne pas régler mes factures, suite à un différend que nous avons eu. Aucune décision n’est prise par Wade sans Karim. Il est derrière tout ce que Wade fait », indique clairement l’ancien homme de confiance des Wade. A l’en croire, c’est quand il a commencé à dire non pour certaine choses, que « les rapports ont commencé à changer ».

Vox Populi

Laisser un commentaire