Ngoné Ndoye initiatrice de Fémidec : « le Sénégal est en zone de turbulence et doit reprendre son destin en main ».

Ngoné Ndoye initiatrice de Fémidec

0

Elle est embarquée dans une nouvelle dynamique de faire la politique. Car, Ngoné Ndoye, ancien ministre des sénégalais de l’extérieur aperçoit encore une lueur d’espoir pour un Sénégal en plein essor. De quoi promouvoir l’agriculture, prôner la consommation locale. Tout ceci en mettant des gardes fous. C’est-à-dire accompagner cette politique avec « des lois révolutionnaires …»

La présidente de Femidec aperçoit nourrit beaucoup d’espoir sur les prochaines élections législatives. L’ancien ministre, qui souhaite redorer le blason de la politique, estime que ces joutes électorales «constituent une opportunité pour les candidats qui ont son profil, pour changer la donne à l’Assemblé nationale du Sénégal par des modifications du règlement intérieur de cet hémicycle. Mais aussi pour donner plus de voix aux députés ou groupes parlementaires, même minoritaires ». Car, pour la présidente fondatrice de Fémidec, «le Sénégal est en zone de turbulence et doit reprendre son destin en main».

L’agriculture, une filière importante pour l’essor du pays, « est à l’agonie», a constaté Ngoné Ndoye qui a encore noté que « aujourd’hui, elle n’est performante. La pauvreté sévit sur les paysans. Ils ne nourrissent plus les Sénégalais».  Aussi, la fondatrice du Femidec qui œuvre pour la cause des femmes, des enfants et pour le développement communautaire est intriguée par le fait que les Sénégalais ne consomment pas les produits bien de chez-nous.

Encore que «l’exode rural qui ne durait que quelques mois est devenu sédentaire dans les grandes villes, créant une prolifération de quartiers périphériques inondables, où vivent les populations dans la promiscuité avec des milliers d’enfants dans la rue, en attendant l’occasion d’une migration clandestine ».

Insistant toujours sur ce produit du bassin arachidier, «qui peut se cultiver durant toute l’année» donne plus d’avantages comme l’huile d’arachide bon pour notre santé » et reste plus que jamais, selon la dame n’impacte plus sur notre économie. »  En bon défenseur du consommé local, elle souligne que « le blé qui ne se cultive sur nos terres, a pris la place du mil. »

Elle regrette d’ailleurs que « des boulangers sont souvent en grève pour riposter contre une hausse de quatre mille francs sur le sac de farine ». Le panafricaniste d’exprimer son amertume : « Nos fruits et légumes pourrissent sur place, faute de piste et moyens de transformation. Et tout ce que nous consommons vient de l’extérieur et cela milite en défaveur de notre économie ».

Toujours est-il que, certains de ces facteurs résultent de cette nouvelle forme de colonisation occidentale, de son avis. Elle ironise : « Au Sénégal, le peuple ne peut pas investir, parce qu’il n’a pas le Droit d’être riche. Seuls les étrangers s’accaparent de nos richesses. L’Europe se rue sur nos ressources, nous nourrit et nous vêtit tout en refusant de nous accueillir. L’Asie nous vêtit, nous chausse et comble de tout, devient premier investisseur en Afrique ».

Voilà pourquoi celle qui s’engage aux prochaines élections législatives veut briguer un mandat de député afin de défendre la cause africaine en générale et celle sénégalaise en particulier. Pour ce faire, termine Ngoné Ndoye, « ils nous faut des lois révolutionnaires pour recadrer tout cela ».

Laisser un commentaire