Modou Mamour Mbaye se présente comme policier, intimide une prostituée et lui soutire 150 000 francs

Elle doit être une novice dans ce milieu pour se laisser avoir aussi facilement. Commerçante, pour arrondir son fonds de commerce, elle s’active également dans le plus vieux métier du monde. Et pour ce faire, elle s’est inscrite au fichier sanitaire. Elle est donc en règle puisque sa dernière visite, elle l’a faite le 05 août dernier. Dans l’exercice de ses fonctions, elle fréquente d’habitude les boites de nuit aux Almadies. Mais à cause de la pandémie coronavirus, et notamment de l’état d’urgence, elle s’était repliée chez elle où elle exerçait ses activités. Un jour, elle reçoit l’appel du nommé Modou Mamour Mbaye se faisant passer pour un client. « Suivant mes indications, il est arrivé à mon domicile vers les coups de 8 heures. Après discussions et marchandages, je l’ai mis à l’aise pour qu’on passe à l’acte. C’est alors qu’il a brandi une carte professionnelle en se présentant comme un agent de police en service au commissariat des PA tout en me faisant savoir que le commissaire et ses collègues l’attendaient dehors », a raconté la victime aux enquêteurs.

Le faux policier la menace de la conduire au poste puis qu’elle n’avait pas le droit de recevoir des clients en cette période d’état d’urgence si elle ne lui remettait pas une somme de deux cent mille francs. La pauvre prostituée finit par lui remettre cent cinquante mille francs. Son forfait accompli, le faux flic a continué à l’appeler, histoire de tisser une amitié avec elle. Il se représente chez la victime avant qu’une amie de cette dernière ne le démasque. Vérification faite au commissariat des PA, on leur fait savoir qu’aucun agent du nom de Modou Mamour Mbaye n’y travaillait.

Un piège lui ayant été tendu, il fonce chez sa victime et se retrouve entre les mains des policiers avant d’être conduit au poste. Face aux limiers, tout en disant connaitre les plaignantes, il a nié avoir pris l’argent de celle qui se présente comme sa victime avec le motif qu’aucune prostituée ne pouvait détenir une telle somme durant l’état d’urgence. Malgré ses aveux, il a été déféré au parquet pour usurpation de fonction et extorsion de fonds.

Le Témoin

Laisser un commentaire