Entre insouciance et espoirs, avoir 10 ans à l’indépendance en Centrafrique

60 ans après l’indépendance, les témoins de cette époque se raréfient. Les plus nombreux encore à se souvenir sont les enfants de l’époque, les Oubanguiens.

Cheveux gris moutonneux, lunette de guingois sur le nez, Henri Gouandjia a gardé le regard espiègle. « J’en ai fait des bêtises, j’étais terrible », raconte le papy aux 70 printemps. Il se souvient avec nostalgie de son enfance à l’époque de l’indépendance. Avant de fréquenter le collège Émile-Genty comme la majorité de l’élite de l’époque, il va à l’école du centre-ville. Il ne peut pas oublier son directeur, Monsieur Simon. « Il avait son casque colonial, son short gris jusqu’aux genoux, décrit-il. Ah c’était… Je ne sais pas… Vous imaginez professeur Tournesol en un peu plus grand et bien c’est Monsieur Simon ! »
Zaheer Gouandjia, la tante d’Henri Gouandjia, opine de la tête. Cette centenaire, l’une des rares du pays, est encore très coquette. Petite croix en bois autour du cou, foulard sur la tête, anneaux dorés aux oreilles, Zaheer Gouandjia  se remémore cette période pleine d’enthousiasme : « Bangui était une ville propre. Les choses ont beaucoup changé. Ce n’est pas comme aujourd’hui où il n’y a rien de beau à voir et que les gens vivent dans une misère alarmante. À l’époque, il était difficile de passer les week-ends chez soi. Les samedis, on partait au km5 ou quelque part ailleurs pour s’amuser. » Seuls quelques blancs et de rares Centrafricains possèdent alors une voiture. Elle se rappelle de son vélo tant convoité. « C’était un vélo cadre dame que mon mari m’avait acheté. Mais mon père n’était pas d’accord, alors on l’avait revendu », se remémore-t-elle encore pleine de regrets.

Le récit de la colonisation
Parmi les congénères d’Herni Gouandjia au collège Émile-Genty, Louis Papeniah, 74 ans aujourd’hui, est un ancien ministre et député. Il anime aujourd’hui le cadre de concertation des élections. Son passage par cet établissement scolaire a changé son quotidien. Originaire d’un village de la Lobaye ce ne sont que des nouveautés qui l’attendent, « sur le plan alimentaire, sur le plan logement, sur le plan habillement… » Habitué au manioc et aux feuilles de coco, il lui faudra un peu de temps pour s’accommoder de la nourriture de la cantine tenue par des Français. « On mangeait des lentilles, du pain, des pâtes alimentaires des choses de ce genre-là. On pensait peut-être que c’était un symbole de changement qualitatif. On se sentait privilégiés, détaille-t-il. Je me souviens, j’avais des amis d’enfance qui étaient dans des écoles périphériques, parfois je leur gardais un morceau de pain pour qu’ils participent également à notre aisance si on peut appeler cela ainsi. »

 

Entre insouciance et espoirs, avoir 10 ans à l’indépendance en Centrafrique

Laisser un commentaire