Mémoire: Le Sénégal honoré à travers son bon sergent Malamine

Il fut en quelque sorte le premier maire de Brazzaville et c’est grâce à lui que Henry Morton Stanley, le redoutable prédateur de la rive gauche du fleuve, échoua en 1881 puis en 1882 dans ses tentatives successives de conquérir le Congo, notre Congo, pour le roi des Belges.

Bras droit de Pierre Savorgnan de Brazza qui avait une confiance absolue en lui et respecté par les Tékés qui le considéraient à juste titre comme l’un des leurs, le sergent Malamine Camara sera honoré la semaine prochaine – le 25 avril très exactement – par les plus hautes autorités du Sénégal et du Congo. Avec le geste très symbolique que sera la levée de couleurs du Sénégal au côté des drapeaux de l’Italie, de la France, du Gabon, du Congo dans l’enceinte du Mémorial.

Présidée par le chef de l’Etat, Denis Sassou N’Guesso, en présence du Makoko Auguste Nguempio et de très nombreuses personnalités, cette cérémonie mérite dès à présent une attention particulière. Pour au moins trois raisons : Elle témoignera une fois encore de l’attachement profond que porte notre pays à sa propre histoire puisque le Mémorial élevé en plein cœur de Brazzaville est aujourd’hui le plus visité du Congo et plus largement même de l’Afrique centrale.

° Elle marquera la volonté de notre pays de ne pas se refermer sur lui-même dans la longue quête de son passé, mais au contraire de rassembler tout ce qui peut contribuer à ce souvenir avec l’édification du centre d’archives et de conférences qui complétera le Mémorial à brève échéance.

° Elle rappellera à ceux qui l’ont oublié que l’Afrique de l’ouest et l’Afrique centrale ont toujours entretenu et entretiennent toujours des relations étroites, amicales, fraternelles ce dont nous aurons bientôt une nouvelle preuve avec le Musée de l’esclavage à Loango.

Nous pouvons être certains que, ce 25 avril, lorsque l’hommage public sera rendu au sergent Malamine Camara, Pierre Savorgnan de Brazza qui repose au cœur du Mémorial se réjouira de voir enfin célébrée à sa juste mesure la mémoire de l’homme qui l’accompagna dans la belle aventure qu’il vécut chez nous.

Les Dépêches de Brazzaville

Laisser un commentaire