Mbour / Ngoméne, le village qui refusait l’école a dit Oui

A Ngoméne, village situé dans le département de Sandiara, les notables avaient toujours opposé un refus de voir une école primaire implantée sur leurs terres. L’école de village, hier tant refusée, est devenue aujourd’hui une demande pressante, de la part de la population. Ils se sont rendu compte qu’il n’est point aisé de s’en priver.
 »Si nous n’avons jamais eu une école dans le village, c’est parce que les notables ont toujours refusé. Nous avons toujours privilégié l’enseignement coranique. Aujourd’hui, le monde change et nous nous sommes rendu à l’évidence que nous ne devrions plus être en reste », a assuré, Mamadou Ngom le chef de village.
Il confesse que certains élèves faisaient 1 à 2 kilomètres pour rallier l’école d’un autre village. C’était très pénible pour les élèves qui parfois rencontraient des difficultés sur le chemin de l’école.   Ainsi, il aura fallu des années pour le maire et les jeunes du village pour faire la sensibilisation en faveur de la scolarisation des enfants.
60 millions de francs CFA ont été injectés pour la première école, qui sera un établissement franco-arabe.
 » C’est un jour assez important pour le village de Ngoméne, qui manquait d’infrastructure scolaire. C’est un village religieux, très islamique. C’est un village qui a beaucoup d’érudits dans le domaine du Coran. Depuis quelques années, le besoin d’avoir une école s’est posé. Dans un consensus, nous avons décidé de mettre une école primaire », indique le ministre conseiller, Serigne Gueye Diop, maire de Sandiara.
Il affirme que tout cela c’est leur combat contre l’ignorance, contre l’obscurantisme et pour l’éducation de proximité. 
 »Plus de 60 enfants se déplacent tous les jours pour aller à Khouthie ou Louly à l’école. Or, si nous voulons que les enfants réussissent à l’école, si nous voulons que le nombre d’élèves augmente, il n’y a pas de secret il faut qu’on rapproche les écoles du village », soutient Serigne Gueye Diop.
Ainsi, dès la rentrée prochaine, les enfants en âge d’être scolarisés seront désormais inscrits.

LAISSER UN COMMENTAIRE