Manifestation avortée de l’opposition sénégalaise: la démocratie pâtit

Manifestation

 Le Sénégal a enregistré un autre pas de recul démocratique. Il s’agit de la marche de l’oposition que le pouvoir a empêchée le 14 octobre dernier. Le président Macky Sall s’est justifié hier en parlant de malentendu, mais cela ne le dédouane pas.

La place de l’Oblisque avait refusé du monde la semaine dernière. Un monde fou venu battre le macadam pour dénoncer les dérives du pouvoir. Mais grande a été la surprise des manifestants qui n’ont pu comprendre que cette marche pacifique leur soit refusé. Pourtant, la place de l’Obélisque, point de rencontre des manifestants, a été occupée en 2012 par l’opposition d’alors. Macky Sall en faisait partie comme on le constate sur cette photo.

On le voit avec son matelas, décidé d’occuper durablement cette place mythique, pour faire partir Wade. La place de l’Obélisque a également été le point de départ de Macky Sall pour battre campagne en 2012. Les faits se sont déroulés, il y a juste 4 petites années. Comme si c’était hier. Donc l’oubli n’a pas sa place ici. Cette place a porté bonheur à Macky Sall. Alors, pourquoi refuser à l’opposition sa liberté de manifestation dans cette place? C’est un recul démocratique que le Sénégal a encontre enregistré.

Pour se dédouaner ou s’innocenter, le président de la République a révélé hier que ce qui s’est passé est un regrettable malentendu. Il l’a dit pendant sa tournée économique, notamment à l’étape de Tambacounda. Il ne peut pas y avoir de quiproquo dans cette affaire. Il est le Sénégalais le mieux informé. Il a été informé à l’avance que les opposants se donneraient rendez-vous à la place de l’Obélisque.

Par conséquent, il aurait pu prendre les devants pour demander au préfet de Dakar d’accorder aux opposants l’autorisation de manifester leur mécontentement. Hélas, les forces de l’ordre ont été déployées pour neutraliser les manifestants et baillonner l’opposition. D’ailleurs, Macky Sall a averti sur un ton menaçant tout citoyen qui outrepasserait la loi. Il s’est réfugié derrière le leitmotiv selon lequel « le Sénégal est un pays de doit » pour dire qu’il ne sera pas question de laisser n’importe qui faire n’importe quoi.

Il a ajouté que la liberté de manifestation estd un droit fondamental, mais il faut en jouir en se conformant à la loi. Oui, il faut obéir à la loi.mia sles préfets doivent autoriser les citoyens à manifester leur mécontentement. Puisque les préfets dépendent du ministère de l’intérieur et que le ministre est un inconiditionnel du président, on peut imaginer la suite. Autrement dit, quand on est à la solde de quelqu’un, on lui obéit servilement, mécaniquement et aveuglément. Qui paie, commande !

Laisser un commentaire