Editorial : Reclus à Doha, Karim Wade continue d’angoisser ses troupes

Editorial

Loin du Sénégal et de ses militants, le candidat déclaré du PDS à la prochaine présidentielle continue de pousser les pions. Mais sa volonté d’unifier ses mouvements de soutiens suscite des rébellions au sein de la Karimie.

Au téléphone, Karim Wade, l’ancien détenu arbitraire du régime de Macky Sall, essaie de prendre en main le destin du parti paternel, en perte de repères depuis la réclusion du Pape du Sopi dans sa résidence en pierres de meulière dans les abords de Versailles. Considéré jusque-là comme un potentiel challenger à Macky Sall, dont le capital de confiance a fini par être entamé, Karim Wade, comme un général en exil, tente d’orienter des troupes en perdition sur un champ de bataille qu’ils ont déserté depuis la sortie de prison de leur champion.

Pions essentiels de sa conquête du coeur des Sénégalais, les mouvements de soutiens sont le fer de lance de cette opération de charme effectuée auprès du peuple au point que le pestiféré d’hier est devenu le désiré d’aujourd’hui: Abdoulaye Wade, en le mettant en lumière, a rendu impopulaire son fils et l’acharnement de Macky Sall et son camp l’ont rendu sympathique aux yeux de l’opinion.

Et la redoutable machine de propagande, qui a permis cela, en falsifiant -parfois- des faits pas lointains que cela, semble grippée faute de cause à défendre. Ses chefs sont inaudibles depuis que l’homme pour qui ils se sont battus semble sourd à leur appel de rentrer au pays pour occuper sa place: celle du leader de l’opposition.

Les organisations de la galaxie Wadienne sont mal structurées et ont du mal à parler d’une seule voix. Askaw qui semblait être la mère de ces structures est aujourd’hui divisée, désorientant, parfois, jusque les politologues les plus avisés. Hélène Ndélla Chaupin qui était son porte étandard est, aujourdhui, personna non grata dans le domicile des Wade; il se sussure que le couple présidentiel lui reproche de s’être fait un nom et fait du business sur le dos Karim Wade.

Du coup, la soeur de Souleymane Jules Diop s’est vue fermées, au nez, les portes de la résidence de Versailles. Pour exister, l’ancienne responsable des femmes de l’AFP se cherche un nouvel allié peu importe le passé de ce dernier. Pour cela, elle s’est lancée dans une opération de surenchère en se faisant photographier tous azimut en compagnie de tous les acteurs politiques Sénégalais de passage à Paris.

Pendant ce temps, l’autre camp de Askaw est devenu international sans que les angoisses de ses membres ne cessent. Même s’il garde la confiance de la famille Wade, Hattab Ndiaye, qui préside aux destinées de cette structure, semble perdu; vu que le patron ne lui a pas encore donné cartes blanches sur toute la ligne. Tantôt, c’est derrière un énergumène basé au Canada qu’il faut se ranger ou une autre femme basée à Paris.

Sira Niamé Touré qui rêvait de conduire Karim Wade Cikaw comme Ngoné Gomis -Misak- qui a tout misé sur le fils Wade s’interroge sur son devenir. Pendant ce temps, Racine Guèye, l’un des responsable de la fédération Pds de France et coordonnateur du mouvement des Fidèles de Karim continuent de défendre leur général qui est invisible sur le terrain.

Encartés au PDS, les mouvements de soutien, qui tiennent à leur souveraineté, noient, parfois, leur indépendance dans la marche forcée des libéraux; au point d’accepter de suivre des mots d’ordre leur demandant de se fondre dans le parti démocratique ou de se  mettre dans une seule organisation confiée à des personnes étrangères aux mouvements proprement dits.

A Dakar comme à Paris et New York, les mélodies ne sont pas accordées. Et les interrogations continuent de plus belle sur les capacités et la volonté du général à s’engager dans la bataille que lui préparent ses conditionnels.

 

Laisser un commentaire