Contribution: Macky SALL et son plan caché aux sénégalais : la plate-forme Sénégal 2035 est l’outil de propagande…

Macky SALL

Depuis son élection à la magistrature suprême en 2012, le Président Sall n’a pas perdu du temps pour sécuriser  son élection en 2019. Sa promesse de réduire son mandat de 7 à 5 ans était une stratégie pour y  arriver. La suite on la connaît !

La transhumance, la large coalition BBY n’a pas laisse de cote l’essentiel de l’opposition classique ( Aj Pads , PS, PIT, une bonne frange  du PDS, du REWMI, et tant d’autres partis cabine de douche…). Tous les moyens ont été utilisés sans retenue aucune  pour arriver à ses fins. L’emprisonnement de leaders de partis comme Karim Wade, Khalifa Sall, mais assis celui d’ activistes comme Assane DIOUF et Ousseynou Diop entre autres .. en sont des exemples patents. L’utilisation de la justice et les moyens de l’état a été mise à  contribution pour sa réélection en 2019.

Mais pour comprendre le plan Mackyavellique de l’homme, il faut savoir lire et faire des recoupements.

En effet, l’accaparement des biens publics, la sanction d’opposants hostiles, la confiscation  de la justice et de l’assemblée nationale, ont fini par rassurer au prince héritier que tous les pouvoirs de ce pays lui appartiennent.  Dés lors , commencent à  germer dans sa tête l’intention de s’éterniser au pouvoir au moins jusqu’en 2034.

  • La plateforme Sénégal 2034 : un outil de confiscation du pouvoir des citoyens pour 3 mandats : Mr PRODAC AU commande avec 36 milliards .

Le président Macky Sall, dispose d’un plan de conservation du pouvoir redoutable. Un projet concocté dans les grandes officines occidentales depuis 2013. La preuve la plus éloquente pour en témoigner reste la machine de guerre confiée à son plus fidèle lieutenant monsieur Mame  Mbaye NIANG. L’homme gère la plateforme Sénégal 2034 et dispose de moyens colossaux pour son déploiement.

Un ministère bien doté, des fonds du Prodac mis en contribution ( 36 milliards de détournement), mais surtout une confiance sans limite dont il bénéfice du couple présidentiel, fait de l’homme une arme redoutable. D’aucun disent même qu’il serait plus proche de la première dame que ne l’est son mari de président. Pour vous dire tout simplement la puissance de feu de monsieur Prodac. Il est tellement puissant qu’il tutoie le couple présidentiel, titi le PM et insulte le plus puissant de la galaxie Mackyenne, le  ministre de l’économie et des finances Mr  Amadou Bâ.

Pourquoi 2034 se demandent beaucoup de nos compatriotes sans trouver de réponses jusque-là.  Et bien, rendez vous bien compte que cet horizon n’est pas fortuit encore moins anodin. Selon les informations à nos disposition, les officines ont mis sur pied une stratégie redouble autour des enjeux économiques et politiques du Sénégal : le pétrole, le gaz et le foncier sont au cœur de ce plan de confiscation de la légitimé populaire. Pour ne rien rater de l’exploitation de ces ressources naturelles, Macky Sall se croit obligé d’être là au moins jusqu’en 2034.

2019, 2024, 2029 et enfin 2034…tiens.. tiens… tiens…. !

On y voit plus claire non… ?

2019, c’est le début de sa première élection au regard des dispositions de la  constitution qui arrête la durée du mandat à 2 de 5 ans. Mais qu’en est-il du mandat de 7 ans encours ? Fait-il parti ou non du nombre des 2 mandats de 5 ans évoqué dans la constitution ?

Nous pouvons sans risque de nous tromper dire que le mandat de 7 ans encours ne fait parti du décompte. La constitution dit deux mandats de 5 ans et non un mandat de 7 ans + 1 mandat de 5 ans, même si le nombre est deux.

Retenons qu’aucune disposition transitoire n’a été prise par le constituant lors de la rédaction ou de l’adoption de la constitution modifiée  en FEVREIR 2016 par référendum. Ce qui nous place dans la même configuration précédente qui avait prévalu à Wade une contestation nationale et sanglante pour avoir voulu se présenter en 2012  pour un 3emandat. Il faut dire qu’à l’époque, même étant contre la candidature de Wade, du point de vue principiel, ce dernier était en droit de prétendre juridiquement à un 3emandat qui en réalité était son 2nd. Car son mandat de 2000 à 2007 n’était pas pris en compte dans le décompte du nombre de mandat que le législateur devait expliciter et fixer sans ambiguïté.

Donc, 7 ans après, Macky Sall nous fait revenir des la même configuration. Il sera légalement candidat pour un second mandat de 5 ans  (2024-2029) si les Sénégalais lui renouvellent leur confiance le 24 février 2019. A la veille de la fin de son second mandat ( 2024-2029), la constitution sera modifiée pour lui permettre de briguer un autre mandat supplémentaire ( 2029_2034).

La phase fiable du PSE étant l’an 2034, Macky Sall pourra tranquillement se faire succéder par son fils ABDOULAYE SALL dont la fortune se fructifie tranquillement à Dubaï en attendant.

La ponte du régime ayant compris ce plan monarchique, reste le ministre de l’économie et des finances monsieur Amadou Bâ. Il se bat pour faire échouer ce plan avec ses moyens colossaux. D’où le rapport de l’inspection générale des finances qui a été établi sous ses soins, par ses hommes, pour communiquer sur les malversations financières à coût  de 36 milliards du PRODAC.  Le conflit est donc installé entre le palais et le puissant ministère des finances que dirige d’une main de fer

l’Argentine de l’état. AMAMOU BÀ VS MAMBAYE NIANG : Un combat de gladiateurs

La guerre navale commence dans la presqu’île du cap vert. Abdoulaye DIOUF SARR en subit les dégâts collatéraux. MIMI TOURÉ battu par Khalifa Sall a été obligée de se replier dans son Saloum salé. Quant à Khalifa Sall, son plan de liquidation y procéderait.

La bipolarisation  de l’administration est née. D’un côté le camp du président Macky Sall avec son PM Abdallah Boune DIONE et de l’autre celui d’Amadou Bâ avec ses hommes technocrate placés dans toutes les sphères de l’appareil d’état. Il a aussi l’appui d’un puissant réseau de journalistes  toujours a l’affût pour défendre sa cause. L’affaire des 94 milliards de «  Mamour Diallo” aurait révélé beaucoup de choses aux sénégalais si le procureur avait accepté d’ouvrir une information judiciaire. Mais c’est trop risqué pour Macky Sall en période de veille électorale, d’ouvrir ce dossier. Et Ousmane SONKO  l’a bien compris.

2029, sera la guerre de succession pour Macky Sall, après celle de Wade en 2012. Ceci à moins que les Sénégalais ne  décident de le réélire le 24 février prochain. Tout l’enjeu de la présidentielle,  au-delà du gaz et du pétrole, est là. Une affaire de successions familiale au sommet de l’état, de son pouvoir et de ses avoirs se cache derrière le vite de chaque citoyen. Pour éviter un bain de sang, des troubles à l’ordre public, des morts comme en 2012( 14 âmes sacrifiées..), il est de la responsabilité de chaque électeur de mesurer le risque avant de glisser son bulletin dans l’urne. Le 24 février , une date historique pour le Sénégal.

Akhenaton Aton – Pastef France

Laisser un commentaire