Le lutteur Adama Diatta, un roi d’Afrique en conquête à Abidjan

Le lutteur Adama Diatta,

0

Le Sénégalais Adama Diatta a remporté la médaille d’or en lutte libre (catégorie des moins de 61 kg) des Jeux de la Francophonie 2017, ce 23 juillet à  Abidjan. C’est le premier trophée dans une compétition non-africaine pour celui qui a été sacré sept fois champion continental.

Adama Diatta se souviendra longtemps de sa première participation aux Jeux de la Francophonie. A 28 ans, le Sénégalais y a remporté le premier titre non-africain de sa carrière, lui qui domine le continent depuis une décennie.

« C’est une médaille internationale ! savoure le septuple champion d’Afrique de lutte libre et vainqueur des Jeux africains 2007 et 2015. J’ai donné l’exemple et je pense que les autres lutteurs sénégalais vont suivre mon exemple. Je suis très content, très fier et très ému. Je ne trouve même pas les mots».

A Abidjan, Adama Diatta a peut-être trouvé un tremplin idéal pour la suite de sa carrière.« J’ai participé à  de nombreuses compétitions et j’ai senti qu’il manquait quelque chose dans mon parcours, explique celui qui est originaire de la Casamance, au sud-ouest du Sénégal. Ces Jeux sont très importants dans ma vie sportive. Après les Jeux olympiques, ces Jeux de la Francophonie arrivent en deuxième position ».

Le Sénégalais, qui a disputé les JO 2008 et 2016 et manqué de peu la qualification pour 2012, compte aller jusqu’en 2020, à  Tokyo. « Aux Jeux olympiques, j’ai fini 10e et aux Mondiaux, 12e. Mon objectif, c’est désormais d’aller chercher une médaille mondiale, que ce soit aux JO ou aux Championnats du monde».

Hélas pour lui, ce ne sera pas dans un mois, à  Paris, alors qu’il vit et s’entraîne pourtant en France… Les autorités sénégalaises n’ont en effet pas prévu de budget pour sa participation à l’édition 2017. «Je suis en train de bousculer ma fédération, le ministère des Sports et l’Etat sénégalais pour qu’ils nous fournissent beaucoup plus de moyens, assure l’intéressé. Cette médaille aux Jeux de la Francophonie va leur prouver que mes ambitions ne sont pas des paroles en l’air».

Celui qui est passé de la lutte traditionnelle à  la lutte libre à   l’âge de 15 ans force en tout cas le respect de ses pairs, par son talent et sa personnalité. «Adama est un lutteur hors-norme, analyse Joseppino Massidda, cadre à  la Fédération française de lutte (FFL) et ancien entraîneur en Afrique. C’est quelqu’un qui aura marqué la lutte au niveau africain. Il a une vitesse d’exécution et une vista qui lui permettent de réaliser les bons gestes au bon moment. Techniquement, ce qu’il fait est juste. Et question tempérament, c’est un guerrier».

Le membre de la Direction technique nationale de la FFL ajoute : « Durant mes cinquante années passées dans le monde de la lutte, j’ai rarement rencontré un talent aussi pur que le sien. En plus, c’est une personne humble.»

Porte-drapeau du Sénégal à  Abidjan, Adama Diatta va désormais retourner dans son club, Saint-Yrieix-la-Perche. C’est là  qu’il avait préparé les JO 2016 et c’est là  qu’il compte aborder les prochains.

Laisser un commentaire