Législatives : Ces dérives du pouvoir qui accablent Benno

Législatives : Ces dérives du Pouvoir qui

0

Les représentants du peuple à l’Assemblée nationale ont été élus dimanche dernier. Une élection qui note des couacs et des dérives qui ne profitent pas sociologiquement le président Macky Sall, selon certains observateurs. Mais qui ternissent aussi la victoire de Benno devant «Manckoo Taxawu senegaal» dans le département de Dakar et « Wattù Senegaal » ailleurs, à l’intérieur du pays

Les élections législatives ont connu leur point de chute. Les bureaux, abris et isoloirs, sont fermés. La tendance des résultats donne favorite à la coalition au pouvoir dans plusieurs localités du pays. Ses responsables crient victoires. Un jubilé qui a provoqué une vague de contestations dont les commanditaires sont leurs adversaires. Surtout ceux d’une localité stratégique, le département de Dakar.

D’abord sur la distribution des bulletins de vote: cette opération a connu beaucoup de couacs et d’incohérences. La preuve : Podor est une localité lointaine du Sénégal. Pourtant, ici, les bulletins sont arrivés à l’heure et le vote a démarré à temps. Pourquoi alors, les organisateurs de ce scrutin ont faussé cette même opération à Touba ? Parce que simplement, Benno avait un vis-à-vis de taille: « Wattù Senegaal ».

La coalition dirigée par Abdoulaye Wade a constaté un long retard sur l’arrivée de ses bulletins à Touba. Cette ville sainte, bastion politique de Maître Wade, tête de liste de la coalition gagnante «Mankoo Watù Senegaal », a vu ses militants poireauter jusqu’à 12h passée, parce que les bulletins de celui pour qui ils désiraient voter n’étaient pas disponibles.

Jetons un regard ici, de plus près. A Castor, populeux quartier de Dakar, le constat était presque indemne. L’on y a rencontré dans certains centres de vote des électeurs frustrés qui jasaient sur l’impossibilité d’exercer leur acte citoyen. Car, ils sont munis certes de leurs cartes, mais leurs noms ne figuraient pas dans le fichier.

Dimanche, au centre Cité Ndeye Marie, une femme, le visage dégoulinant de sueurs, a dit à une interlocutrice, devant nous, sans vouloir décliner son identité, «qu’il y a des électeurs qui se cherchent. Il faut que leurs mandataires les assistent. Elles ont leurs récépissés, mais ne savent comment trouver leur bureau de votes. Leurs mandataires doivent les aider à vérifier dans la salle d’internet.» Cela s’est passé à Mbao.

Les missionnaires de l’Union africaine vont plus loin. Ils soulignent : «90% des bureaux de votes n’ont pas ouvert à l’heure .» Même si Catherine Samba Panza, l’ex-présidente de la Centrafrique a souligné que «le scrutin s’est globalement passé dans des conditions de transparence ».

Autre déclaration de la mission d’observation qui réconforte l’opposition sur la mauvaise organisation et le déroulement du scrutin : « les griefs portés par les uns et les autres représentent des risques pour la stabilité du pays.» La proclamation précipitée de la victoire de Benno est aussi un autre facteur nocif qui a noirci l’image de notre démocratie.

Catherine Samba Penza d’inviter Benno Bokk Yakaar et Mankoo Taxawu à faire preuve de patience et de retenue: « Je pense qu’il faut consentir à la loi, à ce qui est prévu par la loi électorale.» Si «Taxawu Senegaal» fait la somme de ces couacs ajoutés aux incidents qui ont ponctué la campagne de Benno, surtout lors de son meeting de clôture, à Pikine, Brathélémy et Cie auront de quoi s’enorgueillir devant les aveux de Amadou Bâ et les siens sur les impairs du scrutin.

Laisser un commentaire