Le septuagénaire Mambaye Bâ vend un terrain à un émigré et refuse de lui remettre les papiers

Mambaye Bâ est un septuagénaire qui, voulant réhabiliter sa maison qui menaçait ruine, avait donné mandat à son neveu, Cheikh Mbacké Ndiaye, établi en Italie pour vendre un de ses terrains. Ce dernier ayant dépensé à d’autres fins l’argent de la vente, le vieux Mambaye Bâ refuse de livrer les papiers dudit terrain à l’acquéreur. Pis, il a revendu le bien immobilier à une autre personne au prix de 30 millions FCFA. Le tribunal a reconnu le septuagénaire coupable et l’a condamné à une peine de prison ferme de six mois.

Le prévenu est un vendeur à part entière ou entièrement à part, c’est selon. En tout cas, Mambaye Bâ qui a plus de soixante dix ans révolus avait décidé de vendre un de ses terrains pour essayer de reconstruire sa maison qui menaçait ruine. Ainsi, il s’en est ouvert à son neveu établi en Italie pour qu’il lui trouve un acquéreur. C’est dans ces conditions que ce dernier en a parlé à un certain Souleymane Wagne qui a décidé d’acheter le terrain au prix de vingt-deux (22) millions FCFA.

Le problème, selon le prévenu, c’est que l’argent n’a pas été versé dans son intégralité par Cheikh Mbacké Ndiaye. Celui-ci lui aurait dit qu’il avait pris la somme de quatre millions, équivalente a sa commission de courtage. Ce qui n’était pas du goût de son oncle qui, après plusieurs relances de Souleymane Wagne dans le sens de récupérer les papiers du terrain, aurait refusé de s’exécuter sous le prétexte qu’il manquerait quatre millions. Entre-temps, ses fils lui ont fait que le terrain valait beaucoup plus que 22 millions. Ce qui a eu pour effet de pousser le septuagénaire à revendre son terrain à une autre personne à 30 millions de francs.

Auparavant, la dame Fatma Fall Ndiaye l’aurait contacté pour le compte de la partie civile afin de lui verser le reste de l’argent. Ils sont tombés d’accord sur la somme d’un million huit cent mille FCFA en échange de la remise des papiers du terrain. Fatma Fall Ndiaye soutiendra que le vieux lui a signé un acte de vente en plus d’une photocopie des originaux du terrain, brandis à la barre par la présidente du tribunal. « Il a vendu un terrain à mon cousin pour la somme de 22 millions. Je lui ai demande combien il restait pour solder le terrain. Il m’a répondu qu’il reste 1 million 800 mille. Lorsque j’ai versé cette somme, il a refusé de me donner les papiers du terrain en prétextant le fait qu’il les a perdus » a déclaré la représentante de l’acquéreur à la barre.

Selon l’avocat de la partie civile, Me Oumar Sy, le prévenu a un certain âge mais force est de constater qu’il est de mauvaise foi. « Il a demandé à son neveu de vendre le terrain à 22 millions car sa maison menaçait ruine. Souleymane Wagne qui est en Italie a pris toutes ses économies pour acheter le terrain. Ce dernier est devenu dépressif à cause de cette affaire. Il a acheté pour 22 millions et son neveu a dit qu’il gardait les 4 millions pour son pourcentage (…) Ce sont des faits graves. Son neveu n’est pas sur place, c’est pourquoi il se défoule sur lui. La remise est claire. C’est parce qu’il est cupide c’est pourquoi il a revendu le terrain à 30 millions. On peut arguer ici de la fausse qualité. Il a encaissé et Fatma Fall Ndiaye est venue lui dire qu’elle veut amener l’eau et qu’il lui faut les papiers de la maison. Le délit d’escroquerie est constant. Mon client ne veut plus revenir au Sénégal et ne prend plus ses parents au téléphone… Je sollicite 30 millions en guise de dommages et intérêts » a-t-il plaidé.

Le procureur a requis l’application de la loi. Pour la défense assurée par le talentueux Me Ibrahima Mbengue, Cheikh Mbacké Ndiaye aurait dû comparaitre comme un complice. « J’ai un problème de qualification. Si mon client a reçu de l’argent pour la vente d’un terrain et l’a revendu à quelqu’un d’autre, on n’aurait pas dû le poursuivre pour escroquerie mais plutôt pour vente d’un terrain appartenant à autrui … Celui à qui on a vendu un terrain n’a jamais été inquiété car il a construit. J’ai un problème de qualification…Cependant je vous le confie » a plaidé Me Ibrahima Mbengue.

Le tribunal, après avoir délibéré a reconnu coupable le septuagénaire avant de le condamner à six mois de prison ferme. Il s’y ajoute qu’il devra verser la somme de 25 millions pour toutes causes de préjudices confondus à la partie civile, rapporte Le Témoin.

Laisser un commentaire