Justice : Deux garçons tirés sur leur sort le 15 juin prochain pour avoir tenter de chanter leur tante avec une vidéo obscène

Deux jeunes garçons Mamadou Kairé (20 ans) et son jeune frère A. Kairé (16 ans) tombés sur une vidéo obscène de leur tante, qu’elle gardait sur son téléphone portable, ont tenté de la faire chanter. Cette dernière a porté l’affaire devant la justice pour des faits d’association de malfaiteurs, tentative d’extorsion de fonds, collecte illicite et détention de donnée à caractère personnel en vue de distribution.

Alors qu’elle détenait, il y a de cela un an une vidéo obscène d’elle sur son téléphone portable, ses neveux ont réussi à la récupérer. Par la suite, M. Kairé et A.Kaire respectivement 20 et 16 ans ont voulu exercer un chantage sur S. Kairé leur tante, pour lui soutirer la rondelette somme de 500.000 francs CFA.

Selon « Les Échos », ne cédant pas au chantage de ses neveux, cette dernière a saisi la police en portant plainte. Ce qui a permis d’identifier et d’arrêter les maitres-chanteurs. Inculpé pour association de malfaiteurs, tentative d’extorsion de fonds, collecte illicite et détention de données à caractère personnel, M. Kairé a comparu mardi devant le juge.

Reconnaissant les faits, il affirme que c’est son petit frère qui a découvert la vidéo. « Nous deux, nous lui avons envoyé le message pour réclamer de l’argent, mais l’idée du chantage vient de mon frère. J’avoue que c’est une erreur », a reconnu Mamadou Kairé.

Le président du tribunal abasourdi par ce témoignage n’a pas manqué de sermonner le jeune garçon. « Vous n’avez pas honte de regarder cette vidéo si obscène ? Que ça soit la dernière fois ce que vous avez fait est extrêmement grave », a prévenu le juge.

Appelée à la barre, S. Kairé a relaté les faits. « C’est samedi passé. Ils ont pris une puce expresso avec laquelle ils m’ont envoyé les messages via WhatsApp. Son frère a pris ma vidéo dans mon téléphone. Ils ont cela depuis un an. Je veux juste qu’ils prennent conscience et qu’ils laissent les mauvaises fréquentions et se concentrent sur leurs études », a soutenu leur tante. Elle n’a cependant pas réclamé de dédommagement.

Le procureur n’a pas manqué de signifier à S. Kairé son « imprudence », avant de requérir l’application de la loi contre M. Kairé. Le délibéré a été fixé le 15 juin prochain. Le prévenu est retourné en prison où il est sous mandat de dépôt depuis le 4 juin dernier.

Laisser un commentaire