Justice: “Cantinisation” de la place du souvenir, Adja Sy sera ce matin au tribunal de Dakar

L’affaire opposant Pierre Goudiaby Atépa à Bamba Fall, le maire de la Médina, et Adja Sy, l’administratrice de la Place du Souvenir africain, sera appelée ce matin devant le tribunal correctionnel de Dakar. L’architecte, qui poursuit ces deux gestionnaires du patrimoine, leur reproche d’avoir permis l’occupation illégale des deux monuments; figures emblématiques de Dakar par des commerces sauvages et d’avoir permis la destruction de ces lieux publics.

C’est ce matin que s’ouvrira, devant le tribunal correctionnel de Dakar, le procès dit des “constructions illégales et de la détérioration d’édifices publics“, opposant Adja Sy, la directrice générale de la Place du Souvenir africain, Bamba Fall, le maire de la Médina, à Pierre Goudiaby Atépa. Comme annoncé dans un précédent article publié dans les colonnes de Kewoulo, le célèbre architecte qui s’est dit outré par la dégradation des œuvres qu’il a construites pour servir de repères aux générations futures avait esté en justice contre les deux sus-nommés. Dans sa requête, déposée par Me Bamba Cissé, Pierre Goudiaby Atépa reprochait à la dame d’avoir “cantinisé” cette place de recueillement. Et d’y avoir permis l’établissement de commerçants qui y vendent des poulets grillés, des sandwiches et des boissons

A LIRE AUSSI: Urgent: Adja SY de la place du souvenir et Bamba Fall attraits devant le tribunal de Dakar

De place de recueillement, cet édifice, qui se veut la mémoire de la culture africaine, a été transformé en un grand bazar, un souk géant qui respectent aucune règle de bienséance et dont la gestion parait opaque. “Parce que, à en croire de nombreuses confidences obtenues par Kewoulo, ces commerçants s’acquitteraient de droits d’occupation. Et personne ne connait la destination réelle de ces droits payés par les commerçants.” Comme la Place du Souvenir, l’érection de cantines sur la Porte du millénaire par le maire Bamba Fall, sans qu’il ne puisse bénéficier d’aucune autorisation de construction, avait poussé le célèbre architecte à sortir de sa réserve.

Et à dénoncer “ces pratiques nuisibles à l’espace et aux édifices publics.” S’étant senti visé par ces sorties médiatiques d’Atépa , l’ancien ministre de la Culture, Abdou Latif Coulibaly, s’était fendu d’une longue lettre à charge contre le lanceur d’alerte. Et, dans cette missive, il avait tenté de discréditer l’architecte qui serait, à l’en croire, “un frustré” qui tenterait, à travers cette mission de salubrité publique de régler des “comptes personnels.

Comme annoncé par Kewoulo dans sa parution du 9 avril dernier, Pierre Goudiaby Atépa qui croit que «ces cantines défigurent toute l’architecture de ces œuvres qui sont (sa) propriété intellectuelle», s’était attaché les service de Me Bamba Cissé qui a saisi le tribunal de Dakar. Alors que certaines indiscrétions laissent croire que Pierre Goudiaby Atépa et le maire de la Médina, Bamba Fall, se sont vus et ont décidé de trouver “une solution bénéfique aux populations de la Médina“, le contentieux avec Adja Sy, lui, est brûlant. Non seulement la dame n’a jamais tenu compte des récriminations qui, au delà de la seule voix d’Atépa, commencent à se faire entendre; mais elle continue, imperturbable, à autoriser l’installation sauvage de cantines sur cette place publique.

Laisser un commentaire