Jules et César: Le double-jeu vers 2024

Pour rappel, invité à la télé fondée par feu Sidy Lamine Niasse, l’actuel président du Conseil d’administration de Air Sénégal s’est permis une liberté de ton politiquement étrange. Critiquant de nombreux actes posés par le régime de Macky Sall, de l’agriculture à la décision de rouvrir les classes alors que le coronavirus progressait.

C’est sur ces entrefaites que Aliou lui a demandé s’il est bien en cour auprès du chef de l’Etat. Souleymane Ndéné Ndiaye lui conseillera vigoureusement de ne pas se mêler de ses relations avec le président de la République, tout en déclarant sa candidature à la présidentielle de 2024, alors que le sujet est tabou au sein de la majorité.

Depuis lors, le discours de Me Souleymane Ndéné Ndiaye a évolué. Dans un entretien accordé à Dakaractu et diffusé ce mercredi, celui qui avait appelé à voter pour le président de la République opère un revirement spectaculaire. « Je ne fais pas partie du régime de Macky Sall, je ne sais pas comment il fonctionne, je ne suis qu’un PCA », concède Jules Ndéné.

Sur plusieurs questions, il prend une posture qui laisse croire qu’il jette des pierres en direction du jardin présidentiel. Par exemple, au sujet de la publication des rapports de l’Inspection générale d’Etat la semaine passée, il souligne : « Que l’on applique les recommandations à la lettre quelle que soit la personne visée, quelle que soit l’appartenance politique, un Etat doit fonctionner normalement et l’Etat qui fonctionne normalement est celui qui donne suite aux rapports des corps de contrôle (IGE, Cour des comptes, OFNAC) ».

A la question de savoir si le régime de Macky Sall a fait mieux que celui de Me Wade en termes de lutte contre la corruption, il commence par faire dans le clair-obscur, en affichant ses réserves. Mais cela ne l’empêchera pas de dire : « J’ai été plusieurs fois témoins de situations où un ministre cherche à relever un directeur.

La première exigence du président Wade c’était qu’il ne fallait pas relever un directeur parce que tout simplement il n’était pas un militant du Pds, alors que c’est un cadre sénégalais compétent. Quand le ministre lui rétorquait que le directeur en question était épinglé par un rapport sur un scandale, alors Wade disait : « Dans ce cas il faut activer l’Inspection générale d’Etat ou la Cour des comptes pour vérifier ».

Tout compte fait, Me Souleymane Ndéé Ndiaye déclare que lors de sa dernière conversation téléphone avec Macky Sall, ils parlaient de l’enlèvement de l’opposant malien Soumaïla Cissé qui est un « ami commun ». Or, cet enlèvement date du 25 mars2020. Ce que Ndéné a peut-être oublié, c’est que le lendemain, le 26 mars, il avait été reçu par le président de la République au palais, dans le cadre de « l’élan unitaire » pour combattre le coronavirus.

Laisser un commentaire