Journée Mondiale de l’Enseignant : « On ne peut pas analyser l’école sous l’angle financier mais par la qualité », Abdoulaye Ndoye du Cusems

Journée Mondiale de l'Enseignant : "L'enseignant

Ce vendredi 05 octobre 2018, est célébrée la journée mondiale de l’enseignant. Pour cette année, le thème retenu pour cette année est « Le droit à l’éducation, c’est aussi le droit à un personnel enseignant qualifié ». Ce thème est un « thème pertinent », selon le secretaire général du Cusems au micro de nos confrères de la radio Sud fm.

Célébrée au mois d’octobre de chaque année à travers le monde, la journée mondiale des enseignants coincide cette année avec ce vendredi 05 ocotbre 2018.

Au Sénégal, cette journée a permis de remettre en exergue plusieurs points comme la qualité des enseignements, les conditions de vie des enseignants, la rémunération des enseignants, etc.

C’est pourquoi, Abdoulaye Ndoye, secrétaire général du Cusems déclare que « C’est un thème pertinent et je crois que la qualité suppose de bonnes conditions de travail, la motivation, formation des enseignants et notamment la rémunération« .

« L’enseignant c’est le premier intrant pédagogique qu’il faut former et motiver parce que la qualité des enseignements dépend de la qualité de formation des enseignants« , ajoute le Sg du Cusems.

Pour le Cusems, son combat reste la qualité du système éducatif. C’est dans ce sens que M. Ndoye affirme que « cette qualité doit commencer par la formation des enseignants. C’est pourquoi, ces dernières, nous nous sommes battus pour une formation diplômante des enseignants, professeurs, contractuels, des professeurs titulaires de diplômes spéciaux. »

Abdoulaye Ndoye avance dans sa déclaration que « le combat pour l’allignement de l’indemnité de logement est aussi une facteur de motivation car nous avons constaté que les enseignants sont moralisés, démotivés et travaillant des mauvaises conditions. Et ce là ne milite pas en faveur d’un enseignement de qualité ».

Par ailleurs depuis plusieurs années, le gouvernement et certains bailleurs de fonds ont beaucoup investi dans ce secteur qui constitue un des leviers pour le développement du pays. Ainsi, le Sg du Cusems de conclure qu' »on ne peut pas analyser l’éducation sous l’angle financier. Car selon lui, le financement n’est plus un choix mais une obligation. »

 

Laisser un commentaire