Incendie meurtrier à l’Unité 17 des Parcelles assainies : Destins étouffés (Reportage)

Incendie meurtrier à l’Unité 17 des Parcelles assainies

0
30

Les drames qui frappent le Sénégal depuis quelques mois s’enchainent, les uns plus mortifères que les autres. Après Médina Gounass, dans la région de Kolda où 34 personnes ont péri, tuées par un incendie d’une violence inouïe et l’île de Bétenty endeuillée par la mort d’une vingtaine de femmes suite au chavirement de leur pirogue, c’est au tour des Parcelles assainies, en banlieue dakaroise de leur emboîter le pas.

Mercredi 10 mai, l’Unité 17 s’est réveillée du mauvais pied. A la fleur de l’âge, Astou, Fama, Ma Nabou, Bébé Ndèye et Gorgui Nader Diaz, cinq enfants, issus de la même fratrie et dont le plus âgé a 17 ans sont surpris dans leur sommeil par une fumée partie de la chambre mitoyenne à la leur. Premier à tomber sur l’invraisemblable, Papis Diaz témoigne : « C’était le matin de très bonne heure. Étant donné que j’ai emménagé non loin de la maison où loge la famille, j’ai eu comme habitude, après la prière de l’aube, d’aller chercher du café. J’en profite pour passer saluer mon père. S’il se trouve qu’il n’est pas encore debout, je le fais à mon retour. Le jour du drame, je suis allé voir la famille et ma surprise a été grande de découvrir une fumée qui s’élevait. A priori, j’avais cru comprendre que ça provenait d’une cigarette mais à mesure d’avancer, j’ai réalisé que c’était la chambre qui prenait feu.

Mon premier réflexe a été de réveiller mon père et mes frères, mais je ne pouvais pas accéder à la chambre des enfants. Parce que la maison est construite de sorte qu’il faut passer par la chambre d’où partait la fumée pour accéder à celle des enfants. L’incendie s’était déjà déclaré. J’ai de suite appelé les secours mais après trois essais, il n’y a pas eu de réponse. J’ai alors demandé à mon petit frère de continuer d’appeler. En ce qui me concerne, je me suis rendu à la caserne des sapeurs pompiers vu qu’elle n’est pas loin. Quand je suis arrivé, je leur ai dit que notre maison brûlait. Eux mêmes ils pouvaient s’en rendre compte parce que depuis la caserne, on pouvait apercevoir la fumée.

L’alerte a été donné illico presto et même certains sapeurs pompiers ont mis leurs chaussures en cours de route. Ils sont arrivés à 7h32 minutes. Ils ont réussi à circonscrire le feu et sont allés chercher les enfants, mais ils ont trouvé des corps sans vie. Malheureusement ils étaient déjà morts asphyxiés. »

L’innommable s’est produit. Pourtant les victimes se seront battus pour échapper à la furie de la fumée dégagée par l’incendie causé par une bougie. Papis Diaz : « Ce sont les sapeurs qui ont défoncé la porte de la chambre des enfants. Ils ont trouvé l’aînée juste à l’entrée. Ils ont évacué son corps avant d’en faire de même avec ceux de ses trois petites soeurs et celui du benjamin de la famille.

Pour moi, elle essayait d’ouvrir la porte puisqu’elle dort dans le lit. Si elle a été retrouvée sur le plancher, c’est sûrement parce qu’elle essayait de sauver ses soeurs et son frère. J’estime qu’elle a été réveillée par la fumée et au moment où elle s’est levée, c’était trop tard. C’est ma conviction. »

Si Fama Diaz ne s’est pas réveillée, le cadet de la fratrie Kader Diaz a donné à ses parents des raisons de croire qu’il survivrait, car selon son oncle, « quand on l’a sorti de la chambre, on avait espoir qu’il survivrait car à un moment donné, il a soufflé » Hélas! « Malheureusement, c’était son dernier souffle. On essayait de sauver ce qui pouvait l’être. Toutes les tentatives de réanimation se sont avérées vaines, Dieu avait déjà tranché », soupire le frère aîné de Ousseynou Diaz.  Ainsi, cinq âmes innocentes passent de vie à trépas.  En l’absence de leur père et de leur mère.

Quand il est mis dans le secret, son sang ne fait qu’un tour. Lui, c’est El Hadji Albouy Diaw délégué de quartier de l’Unité 17 depuis 2015. S’il est aussi abasourdi, c’est parce que cet octogénaire n’a jamais assisté à une scène aussi lugubre.

A l’école 17 des PA où les victimes ont fait leur cycle élémentaire, on peine à revenir à la réalité d’autant plus que deux parmi elles étaient encore pensionnaires de l’établissement scolaire. Il s’agit de Ndèye Diaz et de sa soeur Ma Nabou qui étaient respectivement en classe de CE1A et CE1B. Lorsque la triste nouvelle est tombée, fait savoir Mr Dieng, le fonctionnement de l’école a connu un grand ralentissement. Aussi bien les élèves que leurs enseignants étaient inconsolables. Mais ce qui est fait est fait.

Des boucs émissaires ne manquent pas. Le premier, à tort ou à raison, c’est le grand père des enfants de la famille Diaz. Oncle maternel de leur père Ousseynou Diaz, absent de la maison au moment des faits, car ayant maille à partir avec la justice et placé en détention à la mac de Thiès, Mansour Fall aurait allumé la bougie qui a été fatale à ses petits fils. Alertée, la police des Parcelles assainies ne perdra pas de temps pour lui mettre le grappin dessus.

En plus d’être présenté comme un malade mental, le bourreau des cinq enfants était un disciple invétéré de Bacchus. Mais la propriétaire de Dakhar gui du nom du bar “indexé”, nie en bloc. «Il a été alpagué dans la rue. D’habitude, nous n’ouvrons pas nos portes très tôt. Quand j’ai entendu la nouvelle, je suis allé m’enquérir de la situation, mais je ne l’ai pas vu. Je suis revenu chez moi et j’ai entendu dans les discussions de rue qu’il a été appréhendé.  Mais je précise qu’il n’a pas arrêté dans mon bar. Il accédait rarement chez moi. D’ailleurs, je ne lui en donnais pas l’opportunité vu qu’à chaque fois qu’il en avait l’occasion, il se donnait le malin plaisir de gaspiller l’eau du robinet. Retenez juste qu’on n’avait pas encore ouvert », dégage t-elle en touche.

Même son de cloche chez une vendeuse de fruits qui dit avoir assisté à son arrestation. «Les policiers venaient de ce côté ci, Mansour prenait l’autre sens et tenait un banc par devers lui. Ils l’ont tenu par le bras, lui ont passé les menottes avant de l’embarquer à bord d’un taxi », relate t-elle. Le même témoin rapporte avoir entendu Mansour Fall avouer son “crime”. « Quand ils l’arrêtaient, ils tenaient un banc, il leur a demandé de lâcher son bien. Mais il n’a opposé aucune résistance aux limiers. Il a avoué avoir allumé une bougie mais a regretté son acte. C’est ce que j’ai entendu », a t elle ajouté.

L’oncle paternel des victimes confirme. « C’est la stricte vérité. Mansour a bel et bien allumé la bougie. Lui même l’a reconnu. C’est un malade mental doublé d’un alcoolique qui n’est pas toujours conscient des conséquences de ses actes quels qu’ils soient. Il est connu de toutes les Parcelles assainies. Pour un rien, il vous insulte. Il ne fait pas la part des choses entre ses aînés et ses cadets. C’est dire qu’il n’est pas stable psychiquement. A l’arrivée des sapeurs pompiers, je l’ai cherché pour lui montrer les dégâts qu’il a causés.

Je le bousculais pour l’obliger à prendre la mesure de ce qui venait de se passer par sa faute. Pourtant, c’est mon oncle et qui dit oncle dit mère. il m’a dit ‘’Papis je n’ai allumé qu’une petite bougie’’. Je lui rétorque qu’il pouvait mettre la vie des enfants en danger. En ce moment j’ignorais que ces derniers étaient déjà morts », enfonce son oncle maternel.

Pour certains riverains, si le drame est arrivé, c’est en partie dû au fait qu’à l’Unité 17 des Parcelles assainies, les lieux de consommation d’alcool poussent comme des champignons. Le chef de quartier s’en désole.  « Tout ce qu’on dit à propos des bars est vrai. Ils sont très nombreux et la majeure partie est constituée de bars clandestins. Souvent, ce sont des maisons aménagées en lieux de consommation d’alcool et le malheur c’est que c’est très fréquenté », dénonce t il.  Ouvrier travaillant dans la menuiserie et témoin de la dégradation des moeurs dans cette partie de la banlieue dakaroise, Mohamed Guèye ne cache pas son amertume.

Il dénonce: « Force est de constater qu’aux Parcelles assainies, les bars naissent dans un rythme vraiment inquiétant. Et tous les dérapages auxquelles nous assistons ne sont que les conséquences de la prolifération des bars. maintenant des membres d’une famille peuvent s’entredéchirer et même se faire du mal à cause de l’état d’ébriété de l’une ou de l’autre partie ».  Pourtant le délégué de quartier El Hadji Alboury DIAW soutient avoir mené un travail de terrain pour mettre de l’ordre dans la prolifération des bars “chez lui”, mais tous les établissements qu’il a visités ont brandis des autorisation en bonne et due forme.

Interpellé sur le rôle que joueraient les bars dans la crétinisation des jeunes du quartier, le fils de la propriétaire de « Dakhar gui » répond : « Les bars ont bon dos. Ce sont les usagers qui vont vers les bars et non l’inverse. Par rapport aux autorisations, je rappelle qu’il est impensable de tenir un lieu de vente d’alcool sans au préalable avoir été autorisé à le faire, au vu et au su de la police. Si nous n’avions pas d’autorisation, on aurait mis la clé sous le paillasson il y a  longtemps. sinon, qu’on nous laisse travailler. Nous ne portons préjudice à personne ». L’arbitrage des autorités, au premier chef desquels le président, est réclamé.

En attendant une action étatique dans ce sens, sous bonne escorte, Ousseynou Diaz, stoïcisme intrigant en bandoulière, a enterré ses cinq enfants au cimetière musulman de Yoff. Son frère aîné espère que la justice fera preuve de clémence après ce qui lui est tombé dessus. Dans la foulée, il montre à Dakaractu les résultats de l’autopsie attestant que ses neveux sont morts par asphyxie suite à un incendie.

Des souvenirs qu’il retient de ses neveux, Papis Diaz livre : « L’aînée Astou était l’homonyme de ma grande soeur. Kader lui, portait le prénom de son grand père maternel. j’entretenais des relations très étroites avec ces deux là. Mais j’aimais tous les cinq pour le simple fait que c’est le même sang qui coulait dans leur veine qu’on retrouve dans les miennes. La plus grande débordait de vertus. En plus, elle prenait soin de ses soeurs et de son frère. c’est comme si elle était leur mère. C’est elle qui leur faisait prendre leur bain, elle s’occupait de tout. Je me dis qu’elle est morte en emportant ses fils. Elle s’occupait tellement bien de ses soeurs et de son frère. Concernant Kader, il occupait une place spéciale dans ma vie. C’est la raison pour laquelle je l’ai enterré. Je l’aimais énormément parce que non seulement il était l’unique garçon des cinq, mais on jouait ensemble. On faisait tout ensemble… »  Mansour Fall, quant à lui,  a été condamné à deux ans ferme par le tribunal des flagrants délits.

Laisser un commentaire