Guinée Bissau: A Lomé, c’est la rencontre de la dernière chance pour sauver le régime

Guinée Bissau: A Lomé

Au menu des chefs d’Etat de la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest, ce matin, il y aura l’épineux dossier guinéen. En conclave dans la capitale togolaise, Macky Sall et compagnie vont devoir taper fort sur la table pour amener les frères ennemis bissau-guinéens à sortir leur pays d’une crise politique qui dure depuis 3 ans maintenant.

Après Conakry, il y aura Lomé pour tenter de sauver la paix sociale en Guinée. Arrivée ce mercredi à Bissau, la délégation ouest-africaine, venue au chevet de la classe politique guinéenne, a quitté la capitale du pays d’Amilcar Cabral pour le Togo. En quittant le tarmac de l’aéroport Osaldo Vieira, les délégués ouest-africains ont emporté, avec eux, tous les acteurs politiques que compte ce petit pays lusophone noyé au cœur de pays francophones. Dans la capitale togolaise, les 16 chef d’Etat et de gouvernements en sommet vont devoir user de diplomatie mais aussi utiliser les manières fortes pour trouver une solution durable à la crise politique qui secoue le pays depuis plusieurs années, maintenant.

C’est le limogeage de Domingos Simoes Pereira, l’ex tout-puissant Premier ministre et tête pensante du PAIG au pouvoir qui a précipité les choses. Même si le Président José Mario Vaz -Jomav- est un membre éminent du Parti Africain pour l’Indépendance de la Guinée, c’est DSP qui en est le patron. Et, en quittant la Primature, renvoyé par le président Jomav qui l’a accusé d’avoir détourné 62 milliards F CFA (environ 95 millions d’euros), Domingo Simoes Pereira a fragilisé la majorité présidentielle.

Dans son bras de fer avec le président de la République, l’ancien Premier ministre a reçu le soutien de la presque totalité des députés du PAIG ; exceptés 15 députés. Ces derniers, qui ont juré fidélité au président Mario José Vaz, ont été automatiquement exclus du parti leader de Guinée. « Et, puisque c’est au nom du PAIGC qu’ils ont été élus à l’Assemblée, ils doivent nous rendre notre mandat. » Ont décidé les barons de l’ancien parti d’Amilcar Cabral. Refus catégorique des 15 députés frondeurs du PAIGC. Ils sont soutenus, dans leur rebellion, par le PRS, l’ancien parti de Kumba Yalá qui forme, avec les frondeurs, les alliés du président Vaz.

Alors qu’il voulait compter sur les 57 députés qui lui avaient assuré la majorité absolue, à l’Assemblée nationale, Domingos Simoes Pereira s’est retrouvé avec 42 députés sur les 102 que compte l’Assemblée nationale guinéenne. Et depuis lors, c’est la guerre ouverte contre ces 15 députés bannis du PAIGC qui a installé un profond malaise dans le pays. Avec ses 60 députés, le président Mario José Vaz a continué de gouverner avec la nomination d’un Premier ministre, en décembre 2016. Mais, un an après, Umaro Sissoko Embalo a jeté l’éponge en janvier dernier.

Au préalable, c’est dans la capitale guinéenne que les Bissau-guinéens s’étaient retrouvés -en octobre 2016- autour de Alpha Condé pour signer ce qui est entré dans l’histoire comme « les accords de Conakry. » Ces accords prévoyaient une « procédure consensuelle » pour choisir un Premier ministre « ayant la confiance du président » et devant rester en place jusqu’aux élections législatives prévues en 2018. Pourtant, sans la moindre consultation ni de ses adversaires du PAIGC -qui s’attendaient à la nomination de d’Augusto Olivais- encore moins de ceux du PRS, le président Jomav a contraint d’accepter la démission de Embalo, empêché de dérouler son plan. Et a, aussitôt, désigné un nouveau Premier ministre.

Réponse du berger à la bergère, les soutiens du Président comme ses adversaires refusent tous de reconnaitre l’autorité d’Artur Silva nommé le 31 janvier dernier. Et, depuis lors, le pays est bloqué. Les ministres passent plus de temps sous l’arbre à palabres, dans les maquis-bars que dans leurs bureaux à gérer l’intérim. De leur côté, si les députés continuent de percevoir leurs salaires, l’Assemblée nationale, elle, n’a pas permis la tenue des 4 sessions parlementaires depuis le limogeage de Domingos Simoes Pereira. Et, Cypriano Gassama, le président de l’Assemblée nationale, refuse jusque les arrêts rendus par la cour suprême guinéenne qui a ordonné le fonctionnement de l’Assemblée populaire.

Pour rappel, de 2014 à nos jours, la Guinée-Bissau a connu 6 Premiers ministres et autant de remaniements. C’est à cette tragédie, riche de conséquences, que la CEDEAO va devoir mettre fin. En mettant autour de la table, le président Jomav, les notables du PAIGC et les barons du Parti pour le renouveau social de Mohamed Ialá Embaló. (Nom que Kumba Yalá s’est choisi à la suite de sa conversion à l’islam en 2008, NDLR). A Bissau, ce matin, toutes les oreilles sont collées aux transistors pour guetter le moindre signal en provenance de Lomé. Et M. Victor Pereira, le ministre de la communication sociale, contacté par Kewoulo, a assuré que, « quelle que soit la suite, une décision importante sortira de cette rencontre de Lomé. »

Laisser un commentaire