France: Ce que l’on sait de l’évasion en hélicoptère de Redoine Faïd

France: Ce que l’on sait de l’évasion

Trois hommes armés sont venus l’extraire de la prison de Réau (Seine-et-Marne) dimanche matin avant de prendre la fuite par les airs. Le braqueur multirécidiviste s’était déjà évadé en 2013 de celle de Sequedin.

Condamné en avril à 25 ans de prison, le braqueur multi-récidiviste Redoine Faïd s’est évadé dimanche matin vers 11h15 de la toute moderne prison de Réau, près de Melun (Seine-et-Marne). La procureure, Béatrice Angelelli, doit se rendre sur place tandis qu’un dispositif de recherche a été activé dans toute l’Île-de-France. Le parquet de Paris a ouvert une enquête en flagrance des chefs d’évasion en bande organisée et d’associations de malfaiteurs.

Spectaculaire évasion à la prison de Réau (Seine-et-Marne). Selon nos informations, Redoine Faïd a été extrait d’un parloir de la prison par trois complices lourdement armés, qui l’ont évacué dans l’hélicoptère qu’ils avaient fait poser dans la cour d’honneur de la prison. Cette cour d’honneur est le seul endroit qui ne dispose pas de filins anti-hélicoptère. Il n’y avait par ailleurs que peu de séparations à franchir pour sortir du parloir sans cloison qui sépare les détenus de leurs proches, pour rejoindre la cour.

Kalachnikov et fumigènes. Dans le détail, alors que Redoine Faïd s’entretenait avec son frère Brahim, deux des trois complices débarqués de l’hélicoptère sont entrés, armés de kalachnikov. Ils ont neutralisé les caméras avec des fumigènes et utilisé une disqueuse pour ouvrir les portes et les grilles de protection. Pendant l’évasion, le troisième complice maintenait en joue le pilote, pris en otage. Redoine Faïd est le seul détenu à s’être évadé et il n’y a pas eu de blessés durant l’opération.

L’hélicoptère abandonné à Gonesse (Val-d’Oise). Après s’être envolé de Réau, l’hélicoptère été retrouvé partiellement incendié, à l’intérieur, à Gonesse (Val-d’Oise), le long de la D370. Le pilote-instructeur, laissé là par les malfaiteurs après avoir été pris en otage, est actuellement entendu par la police.

-

LP / Romain ChironFuite en voitures. Le groupe est ensuite monté dans une voiture pour s’enfuir en direction de l’A1. Une Renault noire brûlée a été retrouvée à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Toujours selon nos informations, le groupe aurait alors changé de véhicule, prenant la fuite avec une camionnette de société. Tous les axes routiers alentours ont été placés sous haute surveillance. Notamment dans l’Oise, d’où est originaire le braqueur, et au cas où il partirait vers le Nord.

-

Les alentours de la prison LP / Marine Legrand2e évasion en 5 ans. En 2013, Redoine Faïd s’était déjà évadé de la maison d’arrêt de Lille-Sequedin, où il avait fait sauter 5 portes à l’explosif et pris 4 surveillants en otage. Il était à l’époque resté un mois et demi en cavale, avant d’être rattrapé en pleine nuit dans la chambre numéro 38 d’un modeste hôtel de la grande banlieue parisienne, à Pontault-Combault (Seine-et-Marne).

Condamné à 25 ans. En avril dernier, Redoine Faïd avait été condamné en appel, plus lourdement qu’en première instance, à 25 ans de prison pour un braquage raté qui, en 2010, avait coûté la vie à la policière municipale de Villiers-sur-Marne Aurélie Fouquet. Agé de 45 ans, celui qui a publié un livre en 2010 où il expliquait avoir quitté le monde des braqueurs, est considéré comme «l’organisateur» d’une véritable «opération de guerre» qui aurait dû mener au braquage d’un fourgon blindé.

Laisser un commentaire