Femme de l’année 2017 : Nata Samb Mbacké, une globe-trotter attachée au développement de la femme

Femme de l'année 2017 : Nata Samb Mbacké,

Parler de Nata Samb Mbacké, faire son portrait et sa biographie, c’est braver les vagues de l’océan pour retrouver l’Amérique et prendre le temps d’écouter les baobabs du Sénégal.

Ecouter les témoignages de ceux qui ont eu la chance de croiser son chemin un jour. Et voir, derrière la dignité qui se lit sur le visage des hommes et femmes de son entourage, le sentiment que tous ont de lui devoir quelque chose : un conseil qui a changé leur vie, un emploi qui leur a permis de retrouver le gout de la vie. Parce que à chacune des étapes de sa vie, dans chacun de ces continents qu’elle a fréquentés, l’empreinte, laissée par cette acharnée du travail bien fait, est immaculée.

Femme de l’année 2017, la lauréate de la rédaction de Kewoulo a débuté sa carrière par une maitrise d’Anglais obtenue à l’université Cheikh Anta Diop avant que la personnalité de Nata Samb Mbacké commence à se façonner par un stage à l’institut britannique de Dakar.

« Son amour, pour la langue de Shakespeare, l’a très tôt poussé à s’intéresser aux civilisations anglo-saxonnes comme, si par prémonition, elle avait su qu’elle vivrait une bonne partie de son existence de l’autre côté de l’océan Atlantique, chez les Yankees. » Ont témoigné des membres de sa famille.

Après ce stage chez les britanniques, la voilà en apprentissage chez américains. Entre temps, ses passages répétés comme interprète dans les couloirs de l’hôtel Méridien –King Fahd Palace-où elle exerçait ses talents lors des conférences internationales –pendant le premier sommet de l’OCI en 1992, notamment- ont fini par révéler l’experte en gestation que deviendra Mme Nata Samb Mbacké.

Une mère qui rêve de place au soleil pour sa petite Nata

Née d’une mère illettrée, Nata Samb devait, selon les vœux de sa maman, « être une femme diplômée. » Pour atteindre cet objectif fixé par sa maman, rien ne lui sera pardonné. Ses devoirs seront surveillés comme du lait sur le feu même si la maman est incapable de savoir si les leçons répétées à haute voix par la petite Nata sont identiques au contenu du cahier qu’elle gardait ouvert.

«Moi j’étais sous le soleil, je vendais tout ce que je trouvais. Mais, je voudrais que ma fille travaille dans un bureau climatisé», entonnait la native de Bégaye Samb, un patelin perdu au sud de Paal.

Comme avec Nata, elle a exercé la même tyrannie des études sur tous ses enfants. Résultats des courses, tous ont couronné leurs études par des diplômes supérieurs. Le docteur Fallou Samb est devenu un brillant économiste qui a travaillé à l’organisation mondiale du commerce à Genève, Bassirou Samb est devenu un haut fonctionnaire des Impôts et domaines du Sénégal.

Avec notre Femme de l’année 2017, « aucun obstacle, quel qu’il soit, n’est insurmontable ; il faut juste croire en Dieu et se battre pour changer sa condition sociale. » Et le mariage -qui constitue un blocage réel dans les études, -pour certaines filles- va être un accélérateur dans la détermination de Nata Samb à obtenir ses diplômes tant attendus par sa mère. Un premier enfant, Ibrahima, est né en 1983. Il sera suivi, en 1985, par Soukeyna.

C’est dans ces conditions hostiles, pour faire des études, que Nata Samb va poursuivre son rêve d’ascension sociale, en allant à la conquête de l’université de Dakar. «Parfois, c’est son fils au dos qu’elle se rend à la Fac», ont témoigné de nombreuses amies.

Comme si les obstacles devaient se multiplier sur son chemin pour faire éclore la ténacité qui somnolait en elle, Nata Samb va faire face un drame dont elle ne se relèvera, presque, jamais : son mari, Youssou, qui vivait aux Usa -et qu’elle projetait de rejoindre avec les enfants- venait de décéder, en 1996. Désormais seule, avec deux enfants à charge, Nata Samb fait face aux besoins des gamins comme à ses devoirs de belle fille à l’endroit de cette famille qui lui est toujours restée liée. Badiène Ndèye Fatim comme Vieux Keïta, les frères de son défunt époux, sont les meilleurs avocats pour témoigner de la générosité légendaire de cette globe-trotter.

Le rêve de 3 personnes pour une seule femme

 

Alors que de nombreuses semblables se seraient laissées gagner par l’amertume, les soucis du lendemain sans la boussole qu’a constitué le mari, Nata Samb Mbacké va trouver dans ce drame un second souffle. Une raison supplémentaire de se battre. Si elle était la mère, elle deviendra le père avec la disparition de Youssou.

Si elle avait ses rêves confondus avec ceux de sa maman, maintenant, il faut y ajouter ceux de son défunt mari : faire vivre les enfants aux Usa. Comme un phénix après la mort, sa renaissance va la conduire à Enda Tiers Monde.

Coordinatrice de programmes, c’est là que va naitre son acharnement pour le développement économique des femmes. « Parce-que, j’ai la ferme conviction que -à travers mon expérience personnelle, à travers celle des femmes que j’ai rencontrées au cours de mes missions, si une femme est autonome, financièrement, c’est le bien-être qui s’installe dans la famille. » A déclaré Mme Nata Samb, lors d’une rencontre avec les femmes de son mouvement.

Alors que tous pensaient qu’elle devait se contentait d’un poste de cadre à Enda Tiers Monde et vivre au Sénégal, une bourse d’étude pour les Usa lui est offerte, en 1999. Avec elle, ses deux enfants finissent par réaliser le rêve du père. A Minneapolis où ils atterrissent, Nata Samb va se découvrir une vocation d’enseignante dans l’Université de sa ville ; pendant que ses enfants rejoignent le chemin des écoles américaines et commencent à balbutier quelques mots d’anglais.

Père et mère pour de trop jeunes enfants

Cumularde, elle est aussi assistante de recherches pendant qu’elle travaille durement pour éduquer ses enfants. Et tendre la main à sa mère et aux nombreux parents : du coté de son défunt mari, comme des siens.

Avant d’être cette femme assoiffée de savoir, celle qui a, aujourd’hui, la responsabilité du fond d’appui à l’investissement des Sénégalais de l’extérieur (FAISE) était, d’abord, une femme généreuse qui compte de dizaines de « frères » et de « sœurs » à travers le monde. «C’était notre sœur à tous les Africains, Gambiens comme Sénégalais. C’était la confidente, c’était la maman pour les plus jeunes», a témoigné Cherno Ba, un gambien de Minnesota.

Ses revenus comme ses conseils avisés sont destinés à ceux qui sont dans le besoin et qui ont eu l’humilité de s’adresser à elle. « Ce qu’elle déteste, parce qu’elle se sent mal après, c’est de voir quelqu’un venir lui demander un service et ne rien faire pour lui ; alors qu’elle le pouvait », a déclaré Babacar Diagne, un ami qui l’a connu depuis des années.

A ce propos, Mbaye Diagne a une anecdote qui parle plus que mille mots: «un jour alors qu’elle venait d’arriver à Dakar, elle a reçu 150.000 F que son fils lui a envoyé pour le paiement du loyer d’un appartement qu’elle venait de prendre aux Maristes. Je suis allé, avec elle, récupérer l’argent. Alors que je m’attendais à ce qu’elle donne cet argent au bailleur, le lendemain, je l’ai vu distribuer tout cet argent, la même nuit, à des gens qui étaient venus solliciter son aide. Je n’en revenais pas. En réponse, elle m’a dit «Yalla Bakhna», Dieu est grand!» C’est cela Nata Samb Mbacké.

Elle donne tout et confie son sort à Allah

C’est cette générosité qui l’a poussée à créer le Femade, femmes actives pour le développement, une ONG internationale née aux Usa et qui trouve ses ramifications et sa raison d’être au Sénégal. «C’est un réseau de femmes, on se tend la main, en finançant les projets des unes et des autres; afin que toutes, ensemble, on puisse atteindre le développement», a déclaré Mme Ndioro Guèye, une des responsables de l’ONG.

Loin d’être une de ces créations de lobbies féministes, le Femade est un réseau de femmes sénégalaises qui voudraient que le développement national passe par la gente féminine. Et cette volonté de combattre l’exclusion des femmes, comme leur pauvreté qui freine aussi le développement de l’enfant, est née d’une vision toute simple.

«Comme il y a de l’huile de palme, des poissons fumés à Ziguinchor, il suffit juste de demander à des femmes de se regrouper là-bas, en réseau. On leur prête de l’argent, elles s’organisent, travaillent et envoient leurs produits finis à d’autres réseaux, dans d’autres parties du Sénégal et du monde, qui vont l’acheter. Avec l’argent récolté, les femmes de Ziguinchor pourront se développer et acheter des produits d’autres femmes du réseau à Diourbel, Kaolack, Sébikotane ou des Usa.» Aime déclarer l’ancienne professeure de Minneapolis.

De l’université de Minnesota où elle a touché à tout, jusqu’au télémarketing pour terminer ses fins de mois, elle va se retrouver à Washington DC, comme stagiaire à la banque mondiale, dans le département Afrique.

De gestionnaire de millions de dollars de budget

à administrateur du Faise

Revenue de ce stage, Nata Samb continuera son cheminement à l’Université de Minnesota où elle avait la charge de guider les étudiants étrangers pendant qu’elle donnait, aussi, des cours au Abraham Lincoln High School de Minneapolis.

Eloignée, pendant un temps, des élèves, elle a été de 2011 à 2012 chargée du contenu académique d’Héritage Académie of Science de Minneapolis MN. Entretemps, Nata Samb laissera la place à Mme Mbacké avec son mariage avec Sérigne Bassirou Mbacké, l’un des fils de Sérigne Mourtada Mbacké. Un mariage de gens ordinaires, discrets toujours interrogés par leur legs à l’histoire.

C’est là que le candidat Macky Sall a fait la découverte de Mme Nata Samb Mbacké. C’est à cette station située au 7eme étage d’un building qui en compte 23 que, comme le voulait sa mère, Mme Nata Samb Mbacké gérait des millions de dollars de budget sous la bénédiction de tonnes d’air frais, produites par de grosses machines de climatisation.

C’est à partir de là, alors qu’elle semblait avoir réalisé tous ses rêves, qu’elle a décidé de rejoindre le Sénégal, entreprendre un nouveau challenge, en accompagnant la mission du Président Macky Sall, son leader. Et conduire les destinées du FAISE, en acceptant humblement la haute responsabilité d’être son administrateur général.

 

Laisser un commentaire