Etats-Unis : Donald Trump demande le retrait du projet d’abrogation de l’Obamacare

Etats-Unis : Donald Trump

Le président des Etats-Unis a demandé que soit retiré le projet de loi de réforme de la santé, craignant de ne pas avoir de majorité pour adopter le texte.

Le président Donald Trump a subi une lourde défaite politique vendredi 24 mars après avoir demandé aux républicains de retirer le projet phare de réforme du système de santé, faute de majorité.

Le président de la Chambre des représentants et chef de file des républicains, Paul Ryan, « a parlé au président à 15 heures aujourd’hui et le président [lui] a demandé de retirer le projet de loi », a fait savoir une source au Congrès, citée par l’Agence France-Presse.

Les 430 membres de la Chambre des représentants (193 démocrates et 237 républicains) devaient voter peu après 20 h 30, heure de Paris. Mais le nombre de républicains ayant annoncé leur opposition dépassait la trentaine, ce qui assurait une défaite, la minorité démocrate étant totalement opposée.

« C’est une déception », a déclaré M. Ryan, défait, lors d’une conférence de presse.
« C’est un revers, à l’évidence », a-t-il ajouté, confirmant une autre évidence : « Obamacare est la loi, et restera la loi tant qu’elle ne sera pas remplacée. »

« Nous étions tout près », a déclaré le président Trump dans le bureau Ovale, se disant « déçu » et « un peu surpris ». Il a annoncé que le prochain chantier auquel son administration s’attellera sera « probablement » la réforme fiscale.

Pas assez pour les uns, trop pour les autres

Un rejet de ce qui a été l’une des principales promesses de la campagne présidentielle représente un énorme échec personnel pour Donald Trump, qui a bâti une bonne partie de son image sur ses talents de négociateur.

Il a mis tout son poids dans la balance, se rendant même personnellement au Congrès pour tenter de convaincre les républicains frondeurs pour qui la loi va, soit trop loin dans le démantèlement de la législation phare de l’ex-président Barack Obama soit pas assez, comme c’est le cas des ultraconservateurs du Freedom Caucus.

La mine sombre, Sean Spicer, porte-parole de la Maison Blanche, avait à son point presse clairement laissé entendre que l’exécutif se préparait à un revers. Donald Trump « a fait tout ce qui était possible » pour que la loi passe, avait-il dit.

Laisser un commentaire