Mamadou Dème Kisal: « Nous présenterons notre propre liste à la législative prochaine »

Mamadou Dème Kisal:

Même si Macky Sall lui a ouvert les portes du Haut Conseil des Collectivités Territoriales (HCCT), Mamadou Dème n’est visiblement pas satisfait de son compagnonnage avec l’APR. En effet, explique le président de Kisal Senegaal, des responsables du parti présidentiel dressent des obstacles devant lui pour l’empêcher de rencontrer le chef de l’Etat. La preuve, il aurait déposé 38 demandes d’audience, sans succès ! Se prononçant sur les prochaines législatives, Mamadou Dème, que nous avons rencontré le 22 mars dernier en marge de la première session ordinaire de 2017 du HCCT à Dakar, a déclaré qu’il serait « inconcevable » que son parti soit laissé en rade lors des investitures. En clair, « si aucun membre de notre parti n’est investi dans la diaspora, nous présenterons notre liste », a-t-il prévenu.

Infos15 : Vous prenez part à la première session ordinaire de 2017 du Haut Conseil des Collectivités Territoriales. Quel bilan tirez-vous de cette rencontre ?

– Mamadou Dème: Après l’installation qui a lieu au mois de novembre dernier, les Hauts conseillers s’étaient retrouvés pour faire connaissance. Mais les choses sérieuses ont commencé à partir du 25 février avec les travaux des commissions. Un travail important a été abattu dans les commissions, ce qui a permis aux uns et aux autres de se découvrir mutuellement et de savoir ce que les uns et les autres peuvent apporter à l’institution.
La première séance plénière a été très importante dans la mesure où, officiellement, elle a permis au Haut conseil de prendre ses marques. La quasi-totalité des Hauts conseillers a été formée sur les textes fondamentaux de l’institution. Ensuite, sur les politiques publiques territoriales de l’Etat, notamment l’Etat déconcentré et l’Etat décentralisé. Ce n’est pas pareil, une collectivité locale et une collectivité territoriale. Beaucoup d’entre nous avez besoin de cette formation pour se mettre à niveau.
Très honnêtement, est-ce que vous avez le sentiment que le Haut Conseil des Collectivités Territoriales est utile pour le Sénégal ?

– Honnêtement, au vu de ce qui a été présenté, et les enjeux que cela constitue, ainsi que le périmètre tracé, je crois fondamentalement que cette institution peut apporter beaucoup de choses à notre pays. Par exemple, l’acceptation par les Hauts conseillers de faire des propositions au président de la République pour la création de la quinzième région. On ne peut pas comprendre que plus de quatre millions de Sénégalais vivent à l’extérieur et qu’ils n’aient pas un pôle de représentation ; une visibilité publique qui leur permet de participer davantage au développement de leur pays, mais aussi et surtout d’être accompagnés et protégés. Ce processus est acté, un travail de réflexion sera mené. Je ne dis pas que cela va se faire aujourd’hui ou demain, mais je sais que cela été acté et intégré dans le plan de travail stratégique du Haut conseil qui va ressortir les différentes propositions que nous aurons à soumettre au président de la République. C’est important, cette reconnaissance tacite du rôle que joue la diaspora. Bref, reconnaître à la diaspora ce statut de collectivité publique est une avancée importante. Il y a ensuite le volet de la territorialisation du développement, le rôle de conseil, les propositions qui seront faites au président de la République pour lui permettre d’avoir les bonnes informations pour prendre les bonnes décisions.
– Bientôt les élections législatives, il se dit que les investitures pourraient être la source de beaucoup de problèmes.

  • Nous suivons de très près cette question des investitures. Parmi les partis membres de la coalition Benno Bokk Yakaar, très peu ont une représentation dans la diaspora. C’est l’Apr, le Ps, Kisal Senegaal, la Ld, le Pit (moins) l’Afp (moins). Les partis de la coalition qui ont une fédération dans la diaspora ne dépassent pas dix. Etant dans les dix, ce n’est pas concevable que notre parti ne puisse pas avoir de député de la diaspora. Si les investitures se font de commun accord pour que chacun des partis ait une représentation de manière démocratique et concertée, nous irons dans le cadre de la coalition, sinon, nous prendrons nos responsabilités.
  • En clair, si aucun membre de votre parti n’est investi, Kisal présentera sa propre liste aux législatives.
  • Effectivement, si aucun membre de notre parti n’est investi dans la diaspora, nous présenterons notre liste. C’est la diaspora sénégalaise qui a créé Kisal même si le siège du parti est au Sénégal. L’ADN de notre formation politique, c’est la diaspora, c’est donc inconcevable que Kisal ne puisse pas avoir un seul député issu de la diaspora. Si nous arrivons à discuter avec le président Macky Sall et la coalition Benno Bokk Yakaar, nous trouverons certainement une solution. Nous préférons cela. Si nous n’avons pas la possibilité de discuter ni avec le président de la République ni avec la coalition Benno Bokk Yakkar, alors nous présenterons nos candidats dans la quasi-totalité des départements de la diaspora.
  • Avez-vous les moyens financiers pour le faire ?
  • Nous avons les moyens pour payer la caution et pour battre campagne.
  • C’est grâce à Macky Sall que vous siégez au Haut Conseil des Collectivités Territoriales. Ne pas aller aux législatives avec la coalition présidentielle pourrait être vu comme une forme d’ingratitude non ?
  • Je n’ai jamais trahi quelqu’un. Si je suis arrivé à cette position, c’est que je n’arrive pas à discuter avec les gens. On m’empêche de rencontrer le président de la République. Si j’avais eu l’opportunité de le rencontrer, nous discuterions ensemble pour trouver des solutions. Mais si on veut nous mettre de côté et décider à notre place, ce sera non. Et nous sommes prêts à assumer les conséquences.
  • Il y aurait donc des gens qui vous empêchent de rencontre le président de la République.
  • Je le confirme. En France, les gens ont tout fait pour que je ne puisse pas rencontrer le chef de l’Etat malgré mes trente-huit (38) demandes d’audience dont dix-huit (18) à l’ambassade du Sénégal en France. Au Sénégal, depuis le 24 février et jusqu’à aujourd’hui (l’interview à eu lieu le 22 mars, Ndlr), j’ai fait des pieds et des mains pour rencontrer le président de la République, en vain. J’ai utilisé la quasi-totalité des canaux qui devraient me permettre d’accéder au chef de l’Etat, sans succès. Dès qu’ils savent que c’est moi, ils me bloquent ! Ils prennent des engagements, mais quand j’appelle par téléphone, personne de décroche !
  • A votre avis, qu’est-ce qui explique cette situation ?
  • Peut-être qu’on trompe le chef de l’Etat sur la situation réelle dans la diaspora. Et comme les personnes qui me bloquent savent que je connais bien la diaspora, elles font tout pour m’empêcher de lui dire la vérité.
  • Alors pour vous, quelle est cette réalité ?
  • Il y a beaucoup de problèmes au niveau de la diaspora. D’abord dans le parti du président de la République, il y aura beaucoup de difficultés pour les investitures ; il y a aussi le risque de vote sanction. On peut aussi déplorer l’absence de cadre de concertation.

Recueillis par Cheikh Sidou SYLLA

Infos15.com

 

Laisser un commentaire