Enfants égorgés de Touba: Un mois après le drame, voici ce que l’on sait de l’enquête sur le tueur de l’aube

Enfants égorgés de Touba: Un mois après

Un mois après la découverte macabre des corps des deux enfants égorgés, dans la capitale du mouridisme, l’enquête de police ouverte par le commissariat spécial de Touba se poursuit. Contrairement à la rumeur qui voudrait que le meurtrier soit arrêté, les colossaux moyens mis en place par la police nationale, pour élucider cette douloureuse affaire, n’a pas encore permis d’identifier le ou les meurtriers. Et la rédaction de Kewoulo, qui suit ce dossier, est retournée sur place, faire le point de l’enquête.

Samedi 19 octobre 2019. Voila presque un mois, lorsque ce 27 septembre, le Sénégal tout entier apprenait la découverte macabre, grâce au stridents cris du sieur Bara Touré, des corps de deux ses garçons, égorgés et abandonnés dans leur lit alors que, de l’autre coté de cette même chambre, dormaient paisiblement deux fillettes. Choqué par la brutalité de ce spectacle indicible, le père de famille avait tenté de mettre fin à ses jours, en s’administrant des coups de couteau. « Pour lui, si ce drame est arrivé, c’est un peu de sa faute. Parce que, il avait quitté la maison pour se rendre à la prière de l’aube et avait laissé ouverte la porte principale de la maison par laquelle porte est entré le meurtrier. » A confié une source judiciaire.

Acheminé à l’hôpital Matlaboul Fawzeyni, la plus grande structure sanitaire de la ville, Bara Touré a été interné pendant quelques jours en soins intensifs. Pendant ce temps, les policiers de la capitale du mouridisme ont embarqué le restant de la famille pour le mettre « en sécurité » au commissariat. « C’est pour éviter que les autres membres de la famille imitent le geste désespéré du père, Bara Touré« , ont déclaré les voisins qui se sont rendus au commissariat de police et à l’hôpital pour apporter leur soutien à cette famille doublement éplorée. Mais, aussi, s’enquérir de la réaction des policiers, nourrir leur curiosité.

Parce que, depuis que cette affaire a éclaté, de nombreux commentaires ont envahi la ville. De folles rumeurs ont circulé. Et une vidéo terriblement violente d’un homme battu à sang, installé sur une chaise et soupçonné être le meurtrier des enfants a circulé. Victime de la vindicte populaire, cet homme est filmé entouré par une horde de « procureurs banania » qui réclament sa mise à mort. Il n’aura eu la vie sauve que grâce à l’intervention des hommes du commissaire Thiombane de la police de Ndamatou. Et depuis cet incident et ses leçons, les populations se sont davantage enfermées dans la psychose, redoutant -dans chaque étranger rencontré- apercevoir le meurtrier de Sérigne Mbacké Madina Touré, 2 ans, et Mame Daouda Touré, 4 ans.

Si l’enquête de police n’a pas encore livré ses secrets, pour des raisons évidentes de confidentialité, les investigations menées par Kewoulo ont permis de découvrir de nombreux non-dits dans ce dossier. A en croire des témoignages recueillis, sur place, et sur la foi d’une vidéo terriblement ensanglantée que la rédaction de Kewoulo a décidé de ne pas diffuser, la maison des Touré comprend 3 chambres et un salon. Bara Touré qui exerce le métier de mareyeur -vendeur de poissons- au marché Ocass de Touba est polygame. Et avait le privilège de bénéficier d’une chambre individuelle. Les épouses, quant à elles, devaient partager les leurs avec les quatre enfants du foyer. Chaque femme qui doit partager le lit du mari pendant les deux jours de son aayé laissait sa chambre aux enfants qui sont tous de très bas ages. « Et cela, personne ne pouvait le savoir, si on est pas un habitué de la maison. » A commenté un témoin anonyme de Kewoulo qui soupçonne que le meurtrier soit un proche.

Et le jour du drame, il est arrivé que c’est la première épouse qui avait rejoint la chambre conjugale. Et avait laissé sa chambre aux enfants. « Cette chambre est la première que l’on trouve juste à droite, à l’entrée de la maison. C’est, dans cette chambre que dormaient les 4 enfants, deux garçons et deux filles. Les garçons ont été égorgés pendant que les filles ont été épargnées. » Ont déclaré les témoins. Toute chose qui font dire que, soit, on fait face à un crime rituel ou bien on a affaire à un règlement de comptes personnels destiné à éliminer les héritiers mâles de Bara Touré.

Parce que, à l’étape actuelle des investigations menées par Kewoulo, nul ne peut penser qu’on soit face à un crime crapuleux. Rien n’a été volé dans la maison; alors que les portes étaient grandement ouvertes. Aussi, si c’est un psychopathe qui a commis cet acte, il n’aurait pas fait de différence de genre entre les enfants retrouvés sur place et dormant profondément. Ayant bénéficié de la mégarde du père de famille qui a laissé ouverte la porte principale, pour se rendre à la mosquée, le ou les meurtriers ont eu toute la latitude de commettre leur crime et disparaître. En l’absence d’aveux circonstanciés et de témoins oculaires connu, les policiers de Touba, épaulés par des éléments de la Division des Investigations criminelles, avaient procédé à des relevés scientifiques. « Les scellés de la police scientifique ont été envoyés dans un laboratoire moderne, à Dakar, pour identifier les ADN retrouvés sur la scène de crime. » Ont révélé des sources judiciaires.

Mais, tout porte à croire que les nombreux voisins venus aux nouvelles et qui sont entrés dans la chambre de l’horreur ont gravement pollué la scène de crime. Identifier un suspect, dans ce genre d’affaire, sur la simple base de relevés d’empreintes ou de prélèvements d’ADN relèverait du miracle. Avec cette affaire de Touba, la police va devoir convoquer toutes les personnes entrées dans cette chambre de l’horreur -témoins comme simples badauds- faire des prélèvements biologiques sur elles et procéder à des éliminations. Et partir de cette affaire de Touba pour constituer une base de données génétiques qui sera élargie à tout le Sénégal. Mais, avant cela, il va falloir doter la police judiciaire d’un laboratoire scientifique moderne.

LAISSER UN COMMENTAIRE