Double meurtre de Bignona: Un suspect arrêté a avoué avoir tué le chef du village de Dombondir

Quarante-huit après le double meurtre de Dombondir, l’enquête ouverte par la brigade de gendarmerie de Diouloulou a beaucoup avancé. Alors que les investigations continuent pour faire la lumière sur cet acte ignoble qui a secoué tout le pays, un suspect a été interpellé, hier, par les gendarmes. Et il est, pour le moment, le seul gardé à vue dans le cadre du double meurtre de Dombondir.

Du nouveau dans l’affaire du double meurtre de Dombondir. Alors que le pays tout entier a été choqué par l’annonce de la découverte, lundi, des corps déchiquetés du chef de village de Dombondir et de son neveu et que de nombreux esprits étaient tournés vers les combattants du MFDC à la recherche de bétails à voler, voila qu’une nouvelle piste d’enquête s’est ouverte aux gendarmes. A en croire des sources judiciaires contactées par Kewoulo, un citoyen sénégalo-gambien, arrêté par les pandores, aurait avoué être l’auteur du double meurtre de Dombondir, un village diola situé à 15 km de Diouloulou. A la lisière de la frontière sénégalo-gambienne.

A LIRE AUSSI: Bignona : Le chef de village de Dombondir et son neveu tués par des hommes armés

Justifiant son acte par des propos incohérents, le présumé auteur des crimes n’a pas, pour le moment, donné un mobile crédible qui a motivé son acte. Comme il n’a pas pu expliquer les conditions dans lesquelles il a trucidé les deux victimes. Toutefois, si des sources villageoises de Kewoulo se sont précipitées de dire que « le gambien ne jouirait pas de ses facultés mentales », les militaires sénégalais, eux, n’ont pas dressé de l’homme ce désespérant portrait psychiatrique qui pourrait éviter au suspect d’être accessible à la justice des humains.

« C’est un malade mental gambien amené pour être soigné à Dombondir« , ont déclaré nos sources villageoises qui ont soutenu que l’homme est, depuis hier, en garde à vue. Alors que ni la famille ni le voisinage direct ne parle de présence de signes visibles de troubles du discernement, chez le suspect, la rumeur de l’arrestation d’un aliéné est largement diffusée dans la presse.

A Bignona, les gendarmes qui ont procédé à l’arrestation du suspect, vers les coups de 20 heures, croient dur comme fer être sur la bonne piste même si, « pour garder inviolé le secret de l’enquête », ils ne se sont prononcés sur le sujet. Pendant ce temps, les corps sans vie d’Abdoulaye Sagna et de Seyni Sagna sont toujours conservés à la morgue à l’hôpital régional de Ziguinchor.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire