Démobilisés de Bouaké: le gouvernement tape du poing sur la table

Démobilisés de Bouaké: le gouvernement

0

 

A Bouaké, en Côte d’ivoire, au moins deux nouveaux démobilisés ont été interpellés indiquent des sources judiciaires. Ils sont donc au moins quatre anciens rebelles à  avoir été arrêtés. Le président et le porte-parole des démobilisés sont  incarcérés à la prison civile de la deuxième ville du pays. De leur côté, les autorités déplorent le mode d’action de ces ex-combattants.

 

Après le blocage du corridor nord de la ville, une vague d’arrestations a eu lieu à Bouaké en début de semaine. Au moins quatre démobilisés ont été interpellés par la gendarmerie, dont deux leaders, le président et le porte-parole.

Ces anciens rebelles non intégrés  à  l’armée à  la fin de la crise post-électorale réclament depuis mai le paiement de primes. Côte gouvernement, on affirme que des efforts ont déjà été faits.

« Dans les demandes qui sont faites au gouvernement, il y a des demandes qui peuvent avoir une certaine légitimité, admet Bruno Koné, le ministre de la communication. Quand c’est le cas, le gouvernement l’entend. Le gouvernement s’est engagé à accompagner les démobilisés avec un fond d’aide leur permettant de créer des activités  génératrices de revenus, qui a déjà même  commencé à  être exécuté ».

Pas question donc de libérer les démobilisés arrêtés. « Nous sommes un Etat de droit, affirme le ministre. Quand une faute est commise, elle est sanctionnée, comme dans tous les Etats de droit. Et c’est ça qui évite la répétition de la faute».

Parmi les ex-combattants, certains menacent de perturber les Jeux de la francophonie prévus du 21 au 30 juillet à Abidjan.

Source: Rfi.fr

Laisser un commentaire