Dakar : des centaines de personnes ont manifesté ce Vendredi pour la libération de Guy Marius Sagna et Adama Gaye

Dakar : des centaines de personnes ont manifesté ce Vendredi pour la libération de Guy Marius Sagna et Adama Gaye

Des centaines de personnes, à l’appel de la plateforme Aar Li Nu Bokk (préserver nos biens communs, en wolof) ont manifesté vendredi soir à Dakar pour exiger la libération de l’activiste Guy Marius Sagna et du journaliste Adama Gaye. Le premier est placé en garde à vue pour « fausse alerte du terrorisme » et le second pour offense au chef de l’État et « atteinte à la sûreté de l’Etat ».

Vers 16h00 (GMT), les manifestants dont la plupart vêtus de gilets rouges, se sont regroupés à la Place de la Nation pour converger vers le rond-point de la Télévision publique (Rts).  Sur les pancartes et banderoles, on peut lire plusieurs slogans dont Sunu pétrole (notre pétrole) ou encore Sunu 400.000 (nos 400.000), en allusion à l’affaire Aliou Sall, frère du chef de l’État accusé de corruption par la BBC, dans l’octroi des contrats pétroliers et gaziers. 

Les manifestants scandent également:  » Aliou Sall est un voleur; Macky Sall est un dictateur; le procureur est corrompu « . Si certains réclament justice et transparence dans la gestion des ressources naturelles du Sénégal, d’autres demandent la libération de Guy Marius Sagna et celle d’Adama Gaye. 

Plusieurs opposants à savoir l’ancien ministre du Pétrole, Thierno Alassane Sall, Cledor Sene et le président du mouvement Agir, Thierno Bocoum, ont pris part à cette marche initiée par la Plateforme Aar Li Nu Bokk. 

« Guy Marius Sagna n’a rien fait. Les Sénégalais doivent arrêter de croire que nous avons une justice indépendante », déclare l’ancien ministre Thierno Alassane Sall, vêtu d’une chemise blanche. Quant à M. Cledor Sene, il appelle à la poursuite du combat pour la libération des deux détenus. 

La marche autorisée par le préfet de Dakar a pris fin à 18h00 sous le regard des policiers qui assuraient la sécurité des manifestants.

LAISSER UN COMMENTAIRE