Culture: « Aïda Diallo doit se ranger derrière Sérigne Saliou Thioune est se conformer au Ndigueul », Aïda Dramé

Culture: "Aïda Diallo doit se

Elle est l’une des égéries encore vivantes de la troupe «Daaray Kocc», la célèbre formation théâtrale qui a tenu haut le pavé de la culture sénégalaise pendant plusieurs décennies. Idole des écrans et femme mythique de ces périodes fastes de la comédie sénégalaise, Aïda Dramé est une femme au parcours plus que détonnant. Femme de rêve de Lamarana Diallo, ayant perturbé plus qu’une de ses nuits, cette belle créature qui a toujours vécu dans la discrétion est une mère de famille rangée. Pour Kewoulo, elle est revenue sur sa vie, ses amours, ses déceptions et ses projets pour l’art…



Belle, intelligente et sensible à la cause de ses semblables. Tels sont les qualificatifs qui, sans exagération pourront servir à dresser le portrait, sans concession, de Aïda Dramé, l’égérie charismatique de la troupe théâtrale «Daaray Kocc» et femme de rêve de plus d’un téléspectateur de la Radio Télévision Sénégalaise, la chaîne publique du Sénégal. Disparue des écrans depuis quelques temps, même si elle continue de jouer de petits rôles de figurants dans de nombreux téléfilms, Aïda Dramé n’a rien perdu. Ni de ce charme diabolique qui a traumatisé l’acteur, Lamarana Diallo. Ni de cette générosité légendaire qui a fait d’elle l’une des rares stars du petit écran à avoir toujours gardé les pieds sur terre. Encore moins de cette franchise qu’on lui a toujours connue.

Fille d’un banquier, qui fut généreux en son temps, Aïda Dramé est née à Dakar, dans une famille polygame. Et cette situation qui permet le partage permanent de tout lui a permis de se sentir à l’aise partout où elle s’est retrouvée. A «Daaray Kocc» mais aussi dans les différents quartiers où elle a vécue. Aussi, alors que l’on croit que la vie lui a toujours souri, Aïda Dramé a fait entendre à Sonia qu’elle a vécu plusieurs moments douloureux. Et, elle a déclaré croire fermement que même si elle doit encore traverser des difficultés, elle est d’avis qu’elle ne sombrera pas.

« J’ai frôlé la dépression. J’ai failli devenir folle. D’ailleurs, un jour, sur le centenaire de la Commune de Dakar, j’étais tellement dans mes pensées que j’ai traversé la rue sans même me rendre compte que j’étais entrain de marcher en pleine chaussée. » A déclaré Aïda Dramé. Aussi, cette fervente talibé mouride n’est pas restée sans mot face à la déchirure qui mine la famille du défunt Serigne Béthio Thioune. Pour elle, « c’est Aïda Diallo qui doit se ranger derrière Serigne Saliou Thioune et éviter cette polémique inutile. Je crois qu’elle s’est trompée. Et elle doit continuer à recevoir ses talibés mais discrètement. »

LAISSER UN COMMENTAIRE