Congo: Les machines pour la confection des cartes d’identité volées dans le consulat

Congo: Les machines

2

C’est une triste nouvelle qui vient de frapper nos compatriotes établis au Congo.

Les machines servant à la conception des nouvelles cartes nationales d’identité ont disparu au cours de ce week-end. L’information a été rendue publique hier, plongeant les services de Mankeur Ndiaye, ministre des Affaires Etrangères, dans le désarroi.

A en croire des sources diplomatiques, « c’est le lundi, à l’ouverture, que le personnel du consulat a découvert le vol de la machine servant à l’enrôlement pour les cartes d’identité et les cartes d’électeurs ainsi que l’appareil photo. »

Ce vol qui intervient au sein du consulat de Pointe Noire, à moins d’une semaine de la fin de la gratuité des inscriptions -pour la carte biométrique CEDEAO- est un coup porté à l’engouement de nos compatriotes, venus nombreux ces dernières semaines, s’inscrire.

Pour ne pas bloquer le fonctionnement de la confection des nouvelles cartes d’identité, le ministre de l’intérieur du Sénégal, Abdoulaye Daouda Diallo, qui a été informé dès les premières heures -de ce constat- a dépêché de nouveaux équipements vers Pointe Noire.

« Aussi, le ministre a joint au téléphone son homologue congolais -Raymond Zéphirin MBOULOU- après que les services consulaires aient porté plainte auprès de la police locale », ont reconnu les services du ministère de l’Intérieur.

Ancien gendarme sénégalais établi à Brazzaville, Cheikh Mamadou Djigo qui s’est confié à nos confrères de l’Obs a déclaré que le vol a été « commis de façon très propreaucun casse, aucun forçage des portes n’a été constaté. C’est avec la clé que la porte a été ouverte et cela ne peut être le fait de malfaiteurs » a observé l’ancien gendarme.

Pas convaincu de la thèse du vol crapuleux, l’ancien gendarme a déclaré que « ce sont les travailleurs du consulat qui sont les premiers responsables ou suspects. On ne peut qu’accuser ces gens-là. C’est une atteinte à la Sureté de l’Etat. L’ambassadeur Batoura Kane a du mal à qualifier ce scandale« .

Pour rappel, le consulat du Sénégal, à Pointe Noire, au Congo Brazzaville, était dirigé par Abdourahmane Kane, appelé également Baïdy Kane, décédé le 11 février à Pointe noire et enterré dans le Fouta. Et depuis la disparition de ce légendaire et généreux « consul des Ouest-africains », la représentation est sans titulaire; laissant orphelins des milliers de personnes privées de leur défenseur.

Estimée à 12.OOO personnes, essentiellement des commerçants et des travailleurs des BTP, la communauté sénégalaise est très attachée à son consulat. Et, cette proximité avait facilité l’enrôlement de plusieurs personnes en, seulement, 12 jours de présence de l’équipe du ministère de l’Intérieur du Sénégal.

Pour sa part, l’ancien gendarme a fait observer que « ce sont plus de 5000 Sénégalais qui se sont déjà fait enrôler après les passages de la commission à Lumumbashi, Brazzaville et Pointe Noire. »

Accusant le parti présidentiel d’être derrière ce sabotage, il a fait remarquer que l’opposition avait dénoncé, en de nombreuses reprises, le parti-pris des services consulaires qui n’auraient facilité que l’enrôlement de leurs militants.

Mais, les accusations de l’ancien gendarme contiennent quelques légèretés qui, à défaut de  décrédibiliser son témoignage, montre son opposition à l’APR. Pourquoi les responsables de l’APR vont-ils faire disparaître des fichiers dans lesquels ils n’auraient réussi à faire inscrire que leurs propres militants?

En attendant de voir plus clair dans cette affaire, le consulat du Sénégal a du pain sur la planche.  « Maintenant, on doit tout recommencer », dit-on du coté des services de Mankeur Ndiaye. Et, c’est tout le travail effectué en ces 12 jours -soit 2940 dossiers traités- qui est dans la nature, confiné dans les machines emportées par les voleurs.

Conscient de la gravité des faits et de son impact sur le moral de nos concitoyens établis chez Denis Sassou Nguésso, le ministre de l’Intérieur a dépêché, hier, une nouvelle équipe qui, sur place, doit prêter main forte à celle déjà présente.

Mais, l’idée de demander aux 2940 personnes de revenir faire les procédures semble un peu gênante quand on sait que les gens ont pris du temps et bravé la distance -venant parfois du grand Congo RDC séparé par le fleuve- pour venir s’enrôler.

2 Commentaires

  1. Un plan bien médité, murement réfléchi puisque aucun dégat matériel n’est a observer. Et les malfrats possédaient la ou les clés pour franchir les seuils de consulat sans inquiétude.

Laisser un commentaire