Violences au Kasaï: après les fosses communes, de nouvelles vidéos accablantes

Violences au Kasaï

0
17

En RDC, après la découverte de nouvelles fosses communes au Kasaï, des vidéos semblent accréditer la thèse d’un usage excessif de la force.

Trois circulaient déjà sur les réseaux sociaux, l’une d’elles a déjà valu à sept militaires d’être arrêté et accusés par l’auditorat militaire de crimes contre l’humanité. On les voyait en train de tirer et même d’exécuter de présumés miliciens Kamuina Nsapu, le plus souvent désarmés. RFI a eu accès à deux nouvelles vidéos inédites et troublantes.

La première vidéo datée de janvier 2017 pourrait expliquer en partie les fosses communes documentées par RFI et Reuters autour de Tshimbulu. Un militaire raconte avoir tiré au lance-roquettes sur de présumés miliciens Kamuina Nsapu, un bras, une tête explosée. L’homme parle d’un grand chef fauché et du petit Kamuina Nsapu devant les corps d’un homme et d’un enfant. Lui parle de provocation des éléments du chef coutumier, même si la plupart d’entre eux semblent désarmés. Au moins huit fosses ont été découvertes dans un rayon de cinq kilomètres depuis le début de l’année par les habitants de cette localité.

RFI s’est procuré cinq vidéos au total dont quatre tournées en pleine opération. Elles s’étalent d’août 2016 à janvier 2017, six mois et deux provinces concernés. La justice militaire congolaise s’est déjà emparée d’un premier dossier suite à la diffusion de la première vidéo sur les réseaux sociaux. De militaires présumés tiraient de loin sur des civils désarmés, avant de les achever à bout pourtant.

Le narrateur donnait lui-même le lieu du carnage : Mwanza Lomba au Kasaï oriental. Au cours de son enquête préliminaire, les magistrats disent avoir découvert deux fosses communes. Sept militaires ont été arrêtés et accusés de crimes contre l’humanité pour crimes contre l’humanité, pour meurtre, mutilation, traitements cruels inhumains et dégradants et refus de dénonciation. A la publication de cette vidéo, le gouvernement – lui – parlait de grossier montage.

« La force reste à la loi »

Les plus anciennes vidéos semblent dater du jour de la mort du chef Kamuina Nsapu. L’insurgé est blessé le 12 août à quelques kilomètres de son domicile à Mfuamba. Il sera tué plus tard dans la journée lors de l’assaut final mené par les militaires.

Deux vidéos décrivent la même scène avec deux angles et deux narrateurs différents. Mais les corps des victimes sont les mêmes : des jeunes, des enfants, fauchés par des balles. Des bandeaux rouges, un bâton, aucun doute, ce sont les Éléments du Grand Chef Kamuina Nsapu. Et le militaire le confirme lui-même : « Ça, c’est la milice Kamuina Nsapu, des petits enfants de 8 ans, 9 ans ».

Au moins dix corps d’enfants sont passés en revue et le narrateur semble s’en offusquer, blâmant le chef coutumier : « Toi, Kamuina Nsapu, tu es en train de faire tuer des petits enfants d’autrui. Mais on ne va pas te rater ». Il parle de démontrer que « la force reste à la loi », comme le dira plusieurs mois plus tard son compagnon d’armes, narrateur de la vidéo de Mwanza Lomba.

Si les deux vidéos immortalisent la même séquence, leurs narrateurs semblent avoir des intentions différentes. L’un décrit avec précision chaque théâtre des opérations, fait un rapport détaillé. Il indique notamment que le chef Kamuina Nsapu a été blessé, que ses combattants l’ont récupéré, mais parle de le poursuivre.

Il indique même qu’il compte en faire rapport aux services de renseignement. Dans la deuxième vidéo, le narrateur insulte plutôt les cadavres. Face aux enfants qui agonisent, il parle de mensonge, sans doute une référence au « baptême », cette potion censée rendre invulnérables les miliciens Kamuina Nsapu.

Des vidéos très similaires

Sur trois des vidéos, les cadavres sont filmés lentement et en détail comme pour attester de l’efficacité de l’opération militaire en quelque sorte. A chaque fois aussi l’auteur indique le lieu avec précision : près des localités de Kabundi et Mfuamba en août 2016, de Mwanza Lomba en décembre dernier et de Tshimbulu début janvier. Ces données factuelles semblent révéler une certaine volonté de documenter ces opérations militaires.

Deux thématiques reviennent presque à chaque fois dans les discours : celui du mensonge des Kamuina Nsapu et de la volonté de ses auteurs de faire régner l’ordre. Souvent aussi, des messages sont lancés aux autorités supérieures, comme lors dans la vidéo de l’intervention près de Mfuamba en août dernier. « Il est important que le président de la République apprenne qu’il a des soldats à Kananga », affirme l’auteur des images entouré de cadavres d’enfants. Il ajoute, hargneux : « Ceux qui lui disent le contraire lui mentent ». Ces déclarations ont été enregistrées quelques jours après la visite de Joseph Kabila à Kananga.

Ces soldats répondent-ils à des ordres ? En tout cas, ces points communs frappent au point de se demander s’il peut s’agir d’exactions isolées. Dans ces vidéos, le narrateur n’est souvent pas seul, mais entouré d’autres, militaires comme policiers.

Autre détail troublant, sur trois de ces vidéos, apparaissent des camions. Un camion civil en août près de chez Kamuina Nsapu. Des véhicules militaires en décembre près de Mwanza Lomba et en janvier à Tshimbulu. Quelle est leur fonction ? Sont-ils là pour ramasser les corps des trop nombreuses victimes comme l’ont indiqué à RFI et à Reuters des témoins à Tshimbulu ? Par la voie de son porte-parole, le gouvernement congolais dément que les militaires prennent le temps d’enterrer les corps de leurs ennemis. Selon Lambert Mende, les FARDC ont trop à faire avec les vivants, « terroristes » à neutraliser ou civils à protéger.

Ces nouvelles vidéos devraient sans doute intéresser la justice militaire congolaise qui a promis d’envoyer cette semaine encore une mission sur le terrain pour enquêter sur les exactions commises par les forces de sécurité et les miliciens Kamuina Nsapu.

Avec RFI

Laisser un commentaire