Chronique: A chacun son Georges Floyd, pour nous c’est Binta Sèye. (Par Babacar Touré)

Chronique: A chacun son Georges Floyd,

Les terribles images de ce citoyen américain, couché à terre, maîtrisé par trois policiers dont l’un lui ayant posé le genoux sur le cou jusqu’à ce que mort s’ensuive, ont ému le monde entier. L’horreur a été d’autant plus grande que la victime est un homme noir -donc nous ressemblant terriblement- et qu’il a été empêché de respirer de cet air que le bon Dieu lui a octroyé gratuitement. Pendant ce temps, Binta Sèye comme les populations de Cap Skirring, victimes de la violence gratuite des gendarmes, sont oubliées.

Comme l’humanité toute entière, les images de cette barbarie policière en provenance de Minneapolis m’ont ému. La semblant de sérénité que j’ai vu sur le visage de ce policier blanc devenu tueur m’a glacé le sang alors même qu’on est en plein été. La mort de Georges Floyd m’a profondément perturbé et fera partie de ces « affaires » qui me hanteront le restant de mes jours. Alors que tels chocs laissent, souvent, le spectateur groggy, les images de ces communautés noires, hispaniques et blanches déferlant sur les grandes avenues américaines et réclamant l’arrestation immédiate de ces policiers criminels et leur traduction devant des juridictions pour meurtre m’ont redonné des gages de croire, encore, en l’humanité des êtres. Et me donne l’espoir d’accepter que, aussi, tragiques qu’ont pu être les conditions de la mise à mort de Georges Floyd, sa mort servira les survivants. De grandes réformes naîtront de cette tragique disparition. Comme l’ont été celles de Martin Lutter King Jr, tué le 4 avril 1968, à l’age de 39 ans.

Si en Amérique l’espoir est permis de croire que la mort de Georges Floyd va servir à changer le comportement des forces de l’ordre face à des citoyens noirs, au Sénégal on est encore loin de cette prise de conscience. Puisque les policiers et gendarmes, meurtriers de citoyens Sénégalais, n’ont jamais rendu de comptes, ils peuvent toujours croire et faire croire que « la tenue confère à son porteur un permis de tuer gratuitement. » C’est d’autant plus vrai que ce sont des voix autorisées pour réclamer justice, pour ces victimes, qui ont toujours été, bizarrement, aphones. Et comble du ridicule, ce sont ces « hauts d’en haut » qu’on a entendus, lus ou vus sur les plateaux de télé pleurer la mort de Georges Floyd.

Et s’émouvoir du racisme de la police américaine alors que ces mêmes « hauts d’en haut » ne disent rien de l’impunité des forces de l’ordre au Sénégal. A l’instar de Mimi Touré et de Racine Talla, de grandes et respectueuses voix autorisées ont, à travers le monde, pleuré Georges Floyd. De simple et marginal père de famille de cette Amérique défavorisée l’ont élevé au rang de symbole national. Et, puisque seuls les symboles sont assurés de l’immortalité, Georges Floyd, par la tragédie de sa mise à mort, a atteint le paradis de Dieu -ce sont toutes les religions qui le disent- et le Graal de ne jamais tomber dans l’oubli. Et il n’a besoin ni de la compassion de Mimi Touré ni le temps d’antenne que Racine Talla lui a consacré. Contrairement aux nôtres qui, -faute d’avoir été invités dans les prières de nos « hauts d’en haut »- commencent à être oubliés. Parce que, au soir de nos drames à nous, nous avons été les seuls à pleurer Balla Gaye, Elimane Touré, Dominique Lopy, Seck Ndiaye, Mamadou Diop, Fallou Sène et tant d’autres martyrs que ma pauvre et faillible mémoire n’a pu faire émerger de l’abîme dans laquelle des policiers assassins les ont plongés.

Je suis d’autant plus choqué que, pendant que ces « hauts d’en haut » faisaient le tri des victimes qui mériteraient leurs larmes de crocodiles, au Cap Skirring, des gendarmes sûrs de leur impunité ont ouvert le feu sur des populations pacifiques qui ont, tout simplement, osé marcher pour demander de l’eau potable. De l’eau à boire et se laver. Ce bien naturel que le Créateur du monde a largement et gratuitement mis à leur disposition et que, subitement, des êtres éphémères appelés « autorités » n’ont pas voulu leur faciliter l’accès. A Minneapolis, Georges Floyd a demandé, jusqu’à la mort, qu’on le laisse respirer de cet air que Dieu a mis à sa disposition. Au Cap Skirring, Binta Sèye et les siens ont demandé, jusqu’à l’arrivée de cette maudite balle, qu’on leur donne de l’eau à boire. Aux Usa, Floyd est mort et tous sont d’accord que sa mort servira de leçon. A Ziguinchor, Binta Sèye est sur un lit d’hôpital, avec un œil en moins et l’incertitude que quelqu’un d’autre viendra s’occuper de ses enfants. Son cas ne doit pas simplement servir aux prétendus « défenseurs des droits » de mettre un énième dossier dans leur poussiéreuse armoire.

PS: Toutes ces personnes évoquées dans cet article sont des victimes de la violence de la police et de la gendarmerie sénégalaise. Et la justice du Sénégal continue de fermer les yeux l’a dessus et à protéger leurs auteurs. 

9 Commentaires

  1. Tu as tout dit Grand. Ce sont des assassins. Il ne faut pas utiliser un autre vocable. À vrai dire, je n`ai jamais compris que font de petits gens comme çà dans la police et la gendarmerie. Il faut mettre fin à la mentalité de tirailleurs Sénégal. À défaut, nous irons tout droit vers une guerre civile dans un avenir pas si loin que ça. En passant, as tu entendu aussi les féministes sur le cas précis de Binta Séye ? Paix à son âme.

  2. Merci beaucoup, en tant que journaliste, vous assurez votre charge vis-à-vis des citoyens. Continuez sur ce chemin, vous faites beaucoup de bien!

  3. Tu as tout dit Grand. Ce sont des assassins. Il ne faut pas utiliser un autre vocable. À vrai dire, je n`ai jamais compris que font de petits gens comme çà dans la police et la gendarmerie. Il faut mettre fin à la mentalité de tirailleurs Sénégalais. À défaut, nous irons tout droit vers une guerre civile dans un avenir pas si loin que ça. En passant, as tu entendu aussi les féministes sur le cas précis de Binta Séye ? Paix à son âme. MBAME ! https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%82ne

  4. Il faut peut-être une crei bis dédiée uniquement à voir de plus près le comportement de ceux qui dans nos institutions sont chargés d assurer le service public. Ceux qui seront appelés répondront non pas sur des accusations mais à la simple question : Pouvez vous légalement justifier votre inaction dur telle ou telle autre affaire ?

Laisser un commentaire