Sénégal: Le gouvernement ferme l’école avant même de l’avoir ouvert ce 2 juin

Sénégal: Le gouvernement ferme

Comme en France, une partie des élèves sénégalais devrait reprendre le chemin de l’école ce mardi 02 juin. Des enseignants testés positifs, une crainte de la prolifération de la maladie en milieu scolaire : la rentrée a été reporté au Sénégal pour une deuxième fois. Les critiques ne vont pas manquer contre les autorités.

Ce devrait être pour ce mardi 02 juin, la reprise des cours pour les classes d’examens (CM2, troisième et terminal) au Sénégal. Hélas, c’est encore un rendez-vous manqué. Presque trois mois après la fermeture précipitée des écoles primaires, collèges, lycées et universités et centres de formation professionnels, la reprise des enseignements est, comme qui dirait, la ligne d’horizon : elle s’éloigne au fur et à mesure qu’on s’en approche.Or cette reprise des cours, après la réouverture des marchés et des lieux de culte, aurait été un signal fort d’un retour à une vie normal au Sénégal.

Et cela, le pays coupé du monde depuis plus de deux mois, voulait marquer le coup. Et dans la tendance mondiale d’une reprise des activités quotidiennes, le Sénégal ne voulait pas rester en rade. Et pourtant, au Sénégal la courbe des contaminations va en crescendo. Et cela de jour en jour. Ce qui a créée une peur bleue au sein des populations. En effet, à la date du 1er juin, 3739 personnes au total avaient été contaminées, 1858 déclarées  guéries et 42 sont décédées. Par ailleurs, on note une hausse tendancielle des contaminations. Et cette situation fait craindre que le pic de la maladie ne soit pas encore dépassé. Mais, cela peut –il expliquer les reports successifs de la reprise des cours dans nos établissements scolaires?

En vérité cette nouvelle rentrée des classes est une équation à multiples inconnues où se mêlent problèmes logistiques, risques de propagation du virus et revendications syndicales. Une équation des plus corsée. Pendant que le ministre Mamadou Talla se triture les méninges pour résoudre cette équation, les parents d’élèves craignent l’année blanche. Après que les universités lycées et collèges aient été mises sens dessus dessous si bien qu’on ne sait plus quand s’achève l’année scolaire. Espérons que le ministre Talla ne va pas jeter l’éponge dans la résolution de cette difficile équation à plusieurs inconnues que même les plus doué en mathématique n’arrive pas à résoudre.

Laisser un commentaire