Les cheminots: Magal de Touba sans trains, ils menacent

Les cheminots

La situation qui prévaut à Dakar-Bamako ferroviaire (Dbf) et au Petit train de banlieue (Ptb) inquiète les cheminots qui menacent de descendre dans la rue, si on n’y trouve pas de remède. «Nous allons arrêter le réseau pour montrer notre inquiétude par rapport au devenir des personnels des deux entreprises».

Et si des décisions ne sont pas prises et que nous n’avons pas des informations claires, nous serons obligés d’aller vers des grèves illimitées, d’aller vers des marches», a déclaré le président de l’Intersyndicale des travailleurs de Dakar-Bamako ferroviaire, Mame Mbaye Tounkara, au micro de la Rfm.

Selon lui, l’avenir des deux entreprises est menacé. Parce que, explique-t-il, les cheminots ont en face d’eux une autorité qui n’a pas de politique ferroviaire cohérente. «La situation des deux entreprises mérite une attention particulière. A Dakar-Bamako, depuis 8 mois, un train n’a pas quitté Bel-Air pour aller à Bamako. On veut faire un nouveau chemin de fer sans les cheminots.

Ce sont exactement les raisons qui nous ont poussés à montrer notre désaccord par rapport à cette décision unilatérale d’arrêter les trains du Magal sans concertation avec les deux entreprises», a déploré M. Tounkara.

Et d’ajouter : «La ligne Diourbel – Touba est une ligne qui est utilisée une fois dans l’année. Et chaque année, Dakar-Bamako, qui se charge de l’entretien et de la sécurité du Magal, prend toutes les mesures deux mois avant pour assurer le bon déroulement du Magal. Malheureusement, cette année, nous avons anticipé mais, à la dernière minute, on nous a informés que les autorités veulent éviter un deuxième naufrage du « Joola’’.»

Laisser un commentaire