Cheikh Amar: La dernière énigme d’un milliardaire à qui tous voulaient ressembler

Cheikh Amar: La dernière énigme d'un milliardaire

Il a été, ces 15 dernières années, l’un des hommes les plus influents du Sénégal. Le golden boy le plus couru de Dakar et le pacha qui aura incontestablement occupé la Une des journaux. Peoples comme généralistes. Cheikh Amar, le self made man, l’ami VIP des jetsetteurs, le patron de la Holding Amar et copropriétaire du Groupe Futurs Médias est mal en point. Engagé dans un imbroglio judiciaire avec DakarActu, l’homme d’affaires est asphyxié par l’Etat qui semble décidé à ne lui rien lui concéder. Retour sur la déchéance d’un Prince pour qui la République s’était toujours mise à quatre pattes.

Les “2000 boeufs”, convoyés par le patron de la Holding Amar pour servir de festins aux pèlerins du dernier Magal de Touba, semblent vouloir précipiter le chant du cygne de Cheikh Amar. Le boulimique homme d’affaires que tous les Sénégalais croyaient connaitre au point de vouloir en faire un modèle de réussite sociale pour la jeunesse est, depuis peu, devenu ombrageux. Le cercle fermé de ses relations, au sein de l’appareil d’Etat, a commencé à devenir clairsemé. Et les plus prudents, parmi les “amis” de Cheikh Amar, ont commencé à prendre leurs distances d’avec le saisonnier le plus riche de Khelcom Djaga.

A Dakar, dans les milieux d’affaires, il se murmure que le Golden Boy traverse des périodes difficiles voire intenables. Les publications de documents estampillés confidentiels par le site DakarActu faisant la révélation de 12 milliards de rétro-commissions perçues par Cheikh Amar suivie, quelques jours plus tard, par un second jet faisant, cette fois-ci, mention de 22 milliards de F.CFA pompés à la Caisse des Dépôts et Consignations du Sénégal ont fini par installer la panique dans le cercle des laudateurs du milliardaire.

Un dossier judiciaire en préparation

Des faucons – pardon, Yakham Mbaye demande de ne plus utiliser ce mot parce que l’animal est noble-, des encagoulés, donc, sont en train d’actionner les services de contrôle de l’Etat pour que le sulfureux homme d’affaires rembourse ces sommes présumées subtilisées au détriment du contribuable. Et au rythme où se préparent les choses, la reddition des comptes semble inévitable. Et, elle risque de laisser de nombreux malheureux sur le pavé.

Ayant perdu le contrôle de leurs nerfs, des obligés du Pacha -qui ont fait de l’intimidation de journalistes leurs nouveaux hobbies- ont fini par se faire cueillir par la police: deux gardes du corps du Big Boss dorment, actuellement, à Reubeuss; pendant que l’un des frangins du milliardaire a préféré vivre dans la clandestinité; tout en continuant de menacer, publiquement, d’écourter la vie du patron de DakarActu.

Considéré comme un self made man, “un parti de rien” pour devenir “un grand quelqu’un“,  Cheikh Amar semble être arrêté net dans sa fulgurante ascension. La cuirasse, jadis, offerte par l’ancien régime et son Pape -Abdoulaye Wade- s’est craquelée en mille morceaux. Désormais, sans protecteur et complice de ses nombreux manquements, le natif de Saint-Louis est à la merci des petits juges et des zélés fonctionnaires de l’Etat.

Le clan Amar retranché dans un silence coupable

Contacté par la rédaction de kewoulo pour obtenir un entretien afin de confronter nos informations à leurs versions des faits, de tous les faits collés à Cheikh Amar, nous n’avons trouvé que des portes closes auprès du Holding. “Cheikh Amar, comme tout le groupe, a décidé de ne pas se prononcer sur ces sujets. Nous laissons, à chacun, la responsabilité de ses écrits qu’il va devoir répondre devant la justice“,a lâché un proche du pacha. Qu’il en soit ainsi!

Conscient qu’il n’était pas le plus riche des hommes d’affaires du Sénégal, Cheikh Amar s’est imposé comme le plus proche du peuple. De ses modèles comme de ses symboles. Ses saints comme des assassins de ses mœurs. Orateur limité, voire un taiseux, le patron de Tracto Service a bâti sa légende sur les flagorneries de ses courtisans reconnus comme les maitres incontestés de la Jet-Set dakaroise.

Pour satisfaire son monde, Cheikh Amar, connu pour avoir la main sur le cœur, a toujours été prêt à tout. Y compris à appeler, des dizaines de fois, ses banquiers au téléphone pour les pousser à payer des chèques émis en urgence et laissés en souffrance de paiement. Ou à les prier matin, midi et soir d’avancer des crédits après avoir obtenu tantôt un bon d’engagement de l’Etat ou bien une promesse d’achat.

Les impôts réclament 8 milliards à Cheikh Amar

Mais, “ces méchants banquiers” jadis si amicaux avec le patron de la Holding Amar ont commencé, eux aussi, à se montrer craintifs quand il demande qu’on lui accorde des lignes de crédits. A leur corps défendant, certains qui ont accepté de parler à Kewoulo ont fait savoir que “c’est parce que (ils ont) du mal à communiquer avec Cheikh Amar qui change tout le temps de numéro quand (ils ont) besoin de lui que (ils ne prennent) plus le temps de régler ses chèques; dès lors qu’il n’y pas de liquidités dans ses comptes.

Comme eux, les services des impôts ont pris Cheikh Amar en palu…pardon en grippe. Après l’avoir trop longtemps laissé jouer avec le fisc, les impôts se sont, soudain, sentis pousser des ailes de patriotes. Et ont réclamé 8 milliards de redressement fiscal à la société faitière des Amar. A défaut de s’acquitter de cette amende, les impôts ont fait bloquer ses comptes bancaires. Conséquence immédiate de ce blocage: les salaires ont commencé à se faire rares.

A cause de cette situation, Cheikh Amar n’a pas pu payer les salaires de son personnel à la veille de la tabaski. Et la même situation continue de perdurer au point que de nombreux employés ont eu d’énormes problèmes pour assurer la scolarité de leurs enfants“, nous a confié une source proche de la Holding Amar. Comme cette source qui a requis l’anonymat, d’autres ont révélé que la descente aux enfers, de cet homme que l’ancien président Abdoulaye Wade avait logé au Nirvana, a commencé depuis plus d’un an.

“Parce que l’Etat a découvert qu’aucun des contrats signés avec Cheikh Amar n’a été respecté. Ses chantiers, qui souffrent de nombreuses irrégularités, ne sont jamais terminés. Et lorsque ce sont des marchés de véhicules qu’il a gagnés, comme avec celui des élus locaux, la qualité des engins laisse toujours à désirer”, nous a soufflé cette source pas du tout admiratrice de la success-story à la Cheikh Amar.

Cheikh Amar, un entrepreneur qui ne termine jamais ses marchés

Pourtant, même s’il était son concurrent direct, Serigne Mboup, le patron de la CCBM avait alerté l’opinion, prédisant que Cheikh Amar, ne disposant pas de plateaux techniques adéquats, était incapable de respecter ses engagements vis a vis de l’Etat. Et que, en conséquence, il ne pouvait pas livrer à temps les 615 voitures destinées aux élus locaux. Une année plus tard, l’Etat du Sénégal qui avait commandé ces véhicules avec la Holding Amar refuse, toujours, de lui payer la note.

Au ministère des finances, c’est presque un chantage qu’on a proposé à  Cheikh Amar s’il veut voir la couleur de l’argent que l’Etat reste lui devoir. “On ne peut pas lui payer son reliquat alors que le gars refuse de régulariser sa situation envers les impôts”, trouve-t-on comme arguments pour continuer de lui refuser le solde de sa note.

Si, officiellement ce sont les impôts qui sont à la base de ses déboires, officieusement toute la République lui reproche un délit de mauvaise fréquentation. Au palais, Cheikh Amar est accusé d’avoir pris entièrement en charge le paltoquet Assane Diouf, l’insulteur public N°1 du Sénégal. Et de ne s’être jamais désolidarisé de ses ignominies envers le chef de l’Etat, sa famille et ses proches. Et, tous semblent décidés à ne plus bouger le plus petit doigt pour sauver le milliardaire le plus pauvre du Sénégal.

1 COMMENTAIRE

  1. Quand un pays se voit dirigé par des imcapable voilà ce qui en suit. La liste est longue ils vont tous passer par là ces suceurs de sang. Mr Amar est entrain de vivre l’effet efter Assane. Macky dou dem c’est un imcapable un poltron nous voici dans l’ère d’un gouvernement qui apres 5ans d’existance ne vit que du tâtonnements. D’abord c’était la crei monté de toutes pièces pour seulement une tierce personne et voilà que s’y mêlent les autres organes de l’État qui s’activent dans du chantage et de la magouille a ne pas finir. Comme on le dis souvent la banque n’a pas d’ami en affaire y’a que des intérêts. Nous savons tous que ce mr est louche et c’est le même cas avec les Ndours et autres mais toujours y’a l’État qui protége car y voyant leurs intérêts a deux. Mais demain fera jour.

Laisser un commentaire