« C’est un alpha, un bagarreur… Ça m’a plu » Carla Bruni sur Nicolas Sarkozy

"C'est un alpha

Texte alternatif de la bannière

L’ancien top est d’abord revenu sur son mariage et son arrivée à l’Élysée en 2008 : « Les gens se sont peut-être imaginé que je le faisais par ambition, par cupidité, ou pour aller au palais de l’Élysée (…). Tout ça était dissuasif pour moi. Quoi que l’on croie, j’ai fait une espèce d’impasse sur son métier parce que je l’ai vu avec ses enfants.

 » Nicolas Sarkozy était alors le père de Pierre et Jean, nés de son premier mariage avec Marie-Dominique Culioli, et de Louis, né de son mariage avec Cécilia. « Ça peut faire rigoler, mais j’ai vu sa douceur. Il y a une grande douceur en lui et c’est ça qui m’a rassurée (…). Donc je me suis dit « un type qui a autant de sentiment, ça ne peut pas être un pervers ». Donc ça ne peut pas être quelqu’un qui a choisi de faire ce métier là par perversion. »

Carla Bruni se confie ensuite sur la distorsion qu’il peut encore y avoir entre l’image publique et l’homme qu’est véritablement son mari : « C’est un dominant, c’est un alpha, c’est un bagarreur, il a plein de choses qui sont très différentes de moi, a-t-elle affirmé. Il est le contraire de l’eau tiède en quelque sorte (…). C’est pas un manipulateur, ni un joueur, ce n’est pas un menteur. C’est quelqu’un qui ne se venge pas, qui ne tue pas, il n’applique pas les coutumes de son milieu. Alors ça m’a plu. C’est un outsider. »

Elle conclut alors, compréhensive et sans rancune envers leurs détracteurs : « Quand mon mari était encore président de la République, on me faisait tout le temps passer pour une idiote. Je ne sais pas si je dégage ça, un peu peut-être, peu importe. Lui, on le faisait passer pour un bourrin inculte. Pourtant, c’est un gentleman hallucinant. »

Laisser un commentaire