Burkina : 2 enseignants tués par balles après leur enlèvement

Burkina : 2 enseignants

Texte alternatif de la bannière

L’information a été confirmée dans un communiqué publié mardi par le ministère de l’éducation nationale. Les corps sans vie, criblés de balles, de Judicaël Ouedraogo et Al-hassane Cheikhna, enlevés le 11 mars dernier dans la ville de Djibo, ont été découverts dans la nuit de lundi.

« Les corps sans vie des deux enseignants ont été inhumés à la demande des parents ce mardi 18 mars« , précise le communiqué.

Selon le ministre de l’éducation nationale, l’objectif des ravisseurs est de traumatiser le corps enseignant et de les amener surtout à abandonner les postes dans une région, où ils sont régulièrement menacés.

Les deux enseignants étaient en service dans la circonscription d’éducation de base de la ville de Djibo. 

C’est la première fois que des enseignants sont exécutés au Burkina. Depuis 2016, environ 1 135 établissements scolaires ont été fermés pour cause d’insécurité.

Longtemps épargné par les groupes armés actifs au Sahel, le Burkina Faso, pays frontalier du Mali instable et du Niger, est confronté depuis trois ans à des attaques djihadistes de plus en plus fréquentes et meurtrières.

Laisser un commentaire