Braquage des driankés de Paris: Aïssatou Sakho condamnée à 3 ans de prison et un an de sursis

Le tribunal correctionnel de Créteil, en Val de Marne, vient de terminer ses débats d’audience sur ce qu’il convient d’appeler “le braquage des driankés sénégalaises de Paris”. Face aux membres de la tontine qui, pour certaines, l’ont connu depuis plusieurs décennies et qui croyaient qu’elle partageait les mêmes valeurs qu’elles, les siens, ses complices et le tribunal français, la sénégalaise Aïssatou Sakho a fait face à son destin. Et a été condamnée à 3 ans de prison.

Le palais de justice de Créteil a été, ce matin, le rendez-vous des «driankés sénégalaises» de Paris. En provenance de toute la région île de France, elles étaient venues revoir celle qui, il n’y a pas si longtemps que ça, était considérée comme leur sœur, leur fille: Astou Sakho. Pendant plus de deux tours d’horloge, cette quinqua dont l’audace ou la folie -c’est selon- est discutée dans tous les foyers de Paris a, aussi, fait face à son armée de “bras cassés du hold-up“, celle-là qu’elle avait engagé pour venir dépouiller ses camarades d’infortune, lors de cette fameuse soirée du 21 juin 2015.

Debout devant la barre, Aïssatou Sakho, entourée de Sotigui Konaté, d’Ahmeth Somahoro et de I. Traoré s’est fait entendre. Et a aussi entendu la clameur du peuple français, haro exprimé par le parquet de Créteil. Âgée, aujourd’hui, de 55 ans, cette native des HLM 5 de Dakar a, pour la première fois de sa vie, fait face à une chambre correctionnelle. Et, si la honte et la peur l’ont empêché de lever la tête et de regarder ses anciennes camarades -et cela durant toute l’audience- le déni par contre n’a pas quitté son langage.  De l’autre côté, visiblement très mal à l’aise dans ce dossier de “Maman braqueuse“, le procureur s’est demandé -et a longuement interrogé la mise en cause- pour comprendre le motif réel qui pourrait pousser une «discrète mère de famille» à se retrouver, du jour au lendemain, dans ce box des accusés. Et, aussi invraisemblable que cela puisse paraître, comme à l’enquête préliminaire face aux policiers du 2eme DPJ, devant juge d’instruction et comme face aux juges du tribunal, Aïssatou Sakho a livré la même lancinante réponse: “j’avais des soucis d’argent et j’étais menacée d’expulsion.” 

A LIRE AUSSI: France: L’une des plus grosses tontines des Driankés de Paris braquée

Outré par cette réponse qui semble loin de le convaincre, le procureur, qui avait ordonné une enquête sociale et une autre de personnalité de  la “maman braqueuse“, lui a demandé pourquoi elle n’avait pas fait appel à sa mairie? Aux services sociaux qui sont là pour cela? “Madame, vous êtes mère de 3 enfants, tous bien intégrés. L’une est policière, l’un est ingénieur et un autre est conducteur d’engin de chantier. Pourquoi n’avez-vous pas fait appel à eux?”, lui a lancé le procureur. Alors que le tribunal attendait à ce quelle sorte de son déni et veille enfin donner des raisons valables puisque l’endettement ne tenait pas, Astou Sakho s’est tue. Elle a baissé la tête, obligeant ses anciennes camarades à rappeler au tribunal un fait qu’elles avaient, jadis, jugé banal et qui, au vu de la tournure actuelle, éclaire d’un jour nouveau la vraie personnalité d’Aïssatou Sakho. «C’est une bandit », ont déclaré les témoins encouragé dans leur récit par Me Alasssane Touré, avocat au barreau de Saint Denis.

A Lire aussi: Braquage des driankés de Paris: La commanditaire, les complices et l’exécutant renvoyés devant le tribunal correctionnel de Paris

Ce n’est pas la première fois qu’elle pose des actes délictuels dans notre groupe. Un jour, elle avait amené des faux billets qu’elle a glissé dans notre caisse.” A fait savoir Naya Kanouté, la présidente de l’association. Pour rappel, cette association existe depuis plus de 30 ans. Et sous le magistère de sa présidente, de nombreuses femmes africaines -gambiennes, sénégalaises, maliennes, guinéennes qui ont pourtant de maigres salaires ont pu réaliser des projets en Afrique. “Ça va de la construction d’une maison à celle d’un hôtel. Et, c’est ce bel élan de solidarité que Astou Sakho a voulu briser, en commanditant le braquage de ses camarades.” A fait savoir Me Alassane Touré, l’avocat des parties civiles.

Après avoir écouté les explications des uns et des autres, dans le but de comprendre le coup de folie de cette “maman braqueuse“, entendu les regrets et suppliques du jeune I. Traoré, le tribunal -qui n’a pas du tout été tendre avec la sénégalaise- a condamné Aïssatou Sakho, la commanditaire, Sotigui Konaté, le chef opérationnel, et Ahmeth Sakho le recruteur du pied nickelé braqueur de 16 ans,  a une peine de 3 ans, dont 18 mois de sursis probatoire. Tenant compte de l’âgé et du parcours de I. Traoré, âgé de 16 ans au moment des faits, -le tribunal qui a reconnu la culpabilité du “bébé braqueur”- lui a redonné une chance de se remettre sur le bon chemin.

En attendant de voir comment ils vont purger leur peine, à cause certainement de places de prison qui ne seraient pas libres pour le moment, le tribunal a ordonné le placement sous contrôle judiciaire d’Astou Sakho et de sa bande, avec l’obligation de pointer toutes les semaines au commissariat de police. Et, les juges leur ont enjoint l’obligation de mettre un bracelet électronique pour réduire leurs mouvements.

 

Laisser un commentaire