Boffa Bayotte: Voila les raisons du refus de la liberté provisoire aux 25 détenus de Toubacouta

Boffa Bayotte: Voila les raisons

On en sait un peu sur ce qui a été l’une des raisons qui ont poussé le juge d’instruction à refuser d’accorder la liberté provisoire aux 25 détenus de l’affaire de la tuerie de Boffa Bayotte. Kewoulo a appris auprès de sources judiciaires que “le motif évoqué par le magistrat instructeur est que, dans le dossier déposé auprès de son greffe, il n’y avait pas d’élection de domicile. Et sans ce document, il est impossible qu’on puisse retrouver les mis en cause en cas de besoin.”

Simple document signé par les familles des mis en cause, l’élection de domicile est un engagement fait par les parents à héberger les détenus libérés à leur domicile. Et en cas de besoin, c’est à cette adresse que le magistrat instructeur doit envoyer sa convocation. A en croire de nombreuses sources proches des familles des détenus, tous les 25 prisonniers ont pourtant déposé leur élection de domicile au niveau de la maison d’arrêt de Ziguinchor. Et, vérification faite par Kewoulo, la prison qui a eu les document le 14 août dernier les a déposé le 19 août au niveau du greffe du juge d’instruction. “C’est à ce niveau que les documents ont été perdus“, croit-on au niveau du palais de justice à Ziguinchor.

Interpellé sur le sujet, Me Clédor Ciré Ly, l’avocat conseil des détenus a fait savoir que “les élections de domiciles en question ont été retrouvées. Nous avons rédigé de nouvelles demandes de liberté provisoire accrochées à ces mêmes élections de domiciles. Et cette fois-ci, le 14 octobre 2020, nous sommes allés personnellement les déposer au niveau du cabinet du juge d’instruction, contre une décharge.” Véritable fiasco judiciaire, “l’enquête à la base de cette instruction est, selon Me Clédor Ciré Ly, une escroquerie de gendarmerie. Et c’est cette “arnaque” les 3 juges d’instruction, qui se sont succédé au chevet de dossier, cherchent par tous les moyens à valider.

Comme la gendarmerie qui n’a jamais été sur les lieux présumés des crime, le juge d’instruction n’ont jamais quitté leurs bureaux pour aller dans la forêt des Bayotte alors que l’article 72 du code de procédure pénale les oblige à le faire. Comme les hommes du Lt colonel Issa Diack, les 3 juges d’instruction n’ont jamais cherché des preuves matérielles qui impliqueraient les mis en cause. Comme les gendarmes, ils n’ont fait que auditionner les détenus en ne cherchant qu’à confirmer les contenus -obtenus parfois sous la torture- des procès verbaux d’audition de l’enquête préliminaire de la gendarmerie. Pire, comme la Section de Recherches sous Issa Diack, ils ont refusé d’entendre les témoins cités par les mis en cause comme par la défense.

Parce que, comme l’avait révélé Kewoulo qui a consacré plusieurs articles à cette affaire, des personnes comme le général Birame Diop, ancien chef d’état-major particulier du président Macky Sall, avaient eu connaissance d’un rapport confidentiel qui annonçait ces drames à venir. Et dans ce rapport, que René Capain affirme avoir envoyé à la direction de l’ANRAC, à l’ancien PM Boun Abdallah Dione, Bachir Ba, l’ancien DG de la chaîne 4 RTS, le journaliste et chargé de mission de l’ANRAC a déclaré avoir “eu connaissance d’actes en préparation dans la brousse contre les coupeurs de bois.” Cet avertissement n’a jamais été pris en compte par l’Etat jusqu’à ce que on arrive au drame du 6 janvier 2018, avec l’assassinat de 14 bûcherons dans la forêt de Bayotte Est.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire