Boffa Bayotte: Le juge d’instruction a rejeté la demande de liberté provisoire des 25 détenus

Boffa Bayotte: Le juge d'instruction

L’annonce de la possibilité, pour eux, de bénéficier d’une liberté provisoire avait été accueillie avec beaucoup de joie. Mais, l’espoir suscité par cette nouvelle a vite laissé place au désarroi. Les 25 détenus emprisonnés dans le cadre du dossier des 14 tués de la foret de Bayotte-Est vont devoir prendre leur mal en patience. Et leur avocat veut profiter de ce temps pour mettre la justice face à ses responsabilités.

Pas de liberté provisoire pour Oumar Ampoï Bodian, René Capain Bassène, Jean-Christophe Diatta, Abdou Karim Sagna, l’imam Mamadou Lamine Fakéba Diémé et compagnie poursuivis dans le cadre de la tuerie de la foret de Bayotte-Est. C’est ce qu’a décidé le nouveau juge d’instruction du tribunal départemental de Ziguinchor. Cette décision a été prise par le nouvel occupant du poste. Alors que le juge d’instruction, Augustin Diouf, venait d’être nommé au poste de président du tribunal de Ziguinchor, il avait tenu à vider les dossiers latents sur sa table. Et parmi ces dossiers, se trouve la très sensible affaire des tueries de “la foret des Bayottes.” Alors que ces personnes, soupçonnées avoir pris part à ces tueries, ont toujours clamé leur innocence et que de nombreux manquements, suffisants pour remettre en cause toute cette procédure, ont été notés par les investigations de Kewoulo, l’avocat, Me Clédor Ciré Ly, a saisi le tribunal d’une demande de liberté provisoire.

“Et, alors que nous avions de grands espoirs de voir les nôtres remis en liberté, nous avons appris, avec violences, que les demandes ont été rejetées.” A déploré Odette Coly, l’épouse d’un des mis en cause, le journaliste René Capain Bassène présenté à l’opinion comme le cerveau des tueries. Comme elle, ce sont des dizaines de familles qui continuent à maugréer leur colère face au rouleau compresseur de cette machine judiciaire décidée à plus à condamner qu’à chercher la vérité des faits. Conscient de l’enjeu que constitue ce dossier, Me Clédor Ciré Ly, l’avocat constitué pour tout le groupe, a décidé de faire appel de cette décision de refus de remise en liberté provisoire. Comme la loi le lui permet, il avait 6 jours francs pour faire appel.

J’ai fait appel de cette décision dans les délais. Maintenant, une autre phase technique va s’ouvrir. Et nous allons demander l’audition de toutes les personnes citées dans le cadre de cette affaire, quelle que soit leur rang ou position.” A déclaré Me Clédor Ciré Ly. A en croire des sources judiciaires, cette décision de rejet est certainement liée à la volonté du nouveau juge d’instruction de reprendre certains actes de procédure pour éviter des surprises futures. “Il y a forte chances que l’audition de René Capain Bassène, qui a connue un incident majeure avec le juge Augustin Senghor, soit reprogrammée. Parce que l’avocat a dénoncé des actes de violation de ses droits qui pourront faire exploser toute la procédure.” A confié cette source judiciaire sous anonymat.

2 Commentaires

Laisser un commentaire