Boffa Bayotte: Les incohérences qui démontrent l’innocence des populations de Toubacouta dans le massacre du 6 janvier 2018

Boffa Bayotte: Les incohérences

Considéré comme un bastion du MFDC, le village de Toubacouta est, aujourd’hui, sur le devant de l’actualité avec l’arrestation de 20 de ses hommes, accusés de participation aux meurtres de masse du 6 janvier 2018. Alors que tout semble les accabler, les investigations de Kewoulo renseignent d’un jour nouveaux des faits qui changent la donne. Et, tout porte à croire que ce sont des victimes du MFDC qui ont été arrêtés et présentés comme des militants du mouvement rebelle. Et accusés des pires tueries. Enquête.

Le petit village de Toubacouta, en Casamance, continue toujours d’attirer les attentions. Sorti subitement de l’anonymat, depuis l’arrestation de 20 de ses hommes « impliqués » dans le massacre de la forêt classée de Bayotte Est, le village de Toubacouta cherche à comprendre comment ses hommes qui ont tout le temps été des victimes du MFDC en sont arrivés à se retrouver dans le camp des tueurs. Alors que, à cause de leur refus de sympathiser avec les rebelles, ils n’ont toujours connu que des drames. Car depuis 1990, ce village, situé à 7 kilomètres de Ziguinchor, ne vit que des tragédies. Après la recrudescence des combats -entre le MFDC et l’armée-, de 1992 les ayant conduits à un exil forcé dont beaucoup ne sont jamais revenus, c’est la tuerie perpétrée le 6 janvier 2018, dans la forêt de Bayotte Est, qui a fait planer des risques au-dessus de leurs têtes. Présenté comme l’un des tueurs, le chef Seyni Sané, 81 ans, est finalement décédé le 1er août 2019 à Dakar où il était en détention.

Mais, son œuvre demeure et sa réputation est toujours racontée au-delà des frontières de Toubacouta. Contrairement à la gendarmerie, qui a arrêté ce vieillard et l’a envoyé en prison, Kewoulo croit que, c’est une victime dont la tête avait été mise à prix par le MFDC qui a, ainsi, été arrêté par la gendarmerie. Et présenté, à l’opinion, comme un membre du mouvement rebelle. A en croire des résultats de notre enquête, même s’il est, dans les faits, resté chef du village de Toubacouta, Seyni Sané ne vivait plus dans ce patelin depuis 1992. « Parce que, après la vague d’arrestation de ces années 90, tout le monde soupçonnait que c’est Seyni Sané qui dénonçait les populations auprès des militaires. A cette époque, de nombreux pères de familles avaient été arrêtés et jetés en prison. Si certains sont décédés en détention, la plupart de ceux-là qui sont revenus sont restés avec la haine. Et à la recherche d’une occasion pour se venger de lui. Du coup, même après le retour des populations en 1996 et 1997, le chef Seyni Sané n’a jamais osé rentrer dans son village. » Déclare-t-on à Toubacouta.

Parmi les personnes qui vivent avec cette idée « d’un Seyni Sané délateur » et cette envie de se venger de lui, il y a le vieux Ibou Badji, un de ceux-là qui ont souffert le martyr en prison. Et alors que personne ne pouvait imaginer, un jour, voir ce vieil homme s’entendre avec le chef Seyni Sané, c’est l’enquête de la gendarmerie qui est venu réaliser l’impensable, en enfonçant le chef et deux des enfants de Ibou Badji dans le même sac, en les mettant ensemble en prison sous les chefs d’accusations de « association de malfaiteurs », d’ »assassinats » etc… Alassane et Ousseynou Badji, les jumeaux de ce vieux Badji sont accusés de s’être entendus avec le chef, Seyni Sané, l’ennemi de leur père, pour aller tuer des gens dans la forêt des Bayottes.

Aussi, alors qu’à 81 ans ont est plus proche de la mort que de la vie et que tout homme pense plus à sa rencontre avec Dieu et au devenir de ses enfants et de son héritage, l’arrestation de Seyni Sané annonce que, c’est à 81 ans, que ce vieux qui traîne toutes sortes de pathologies a démarré une carrière criminelle. S’il n’y avait que ça comme incohérence dans ce dossier, il y en aurait déjà beaucoup pour semer un doute raisonnable. Mais, croire qu’un homme, d’un tel âge, puisse faire plus de 10 kilomètres pour se retrouver dans cette forêt classée, avec ce commando de tueurs, relèverait de la pure vue de l’esprit. Surtout avec des gens qui l’ont toujours vu comme « un collaborateur de l’armée. » Et, comble de l’incohérence, en compagnie de deux de ses enfants, Aliou et Landing Sané dit Téréma.

Comme avec le chef Seyni Sané, c’est le sort réservé, par la gendarmerie, à Nfally Diémé qui rend ces arrestations incompréhensibles. Cet homme, âgé de 53 ans, avait, en compagnie des jeunes de son village partis chercher du bois, été arrêté en fin décembre 2016, dans la forêt par des éléments armés du MFDC. Déshabillé et battu à sang, devant ses enfants, l’homme a fini par être libéré, tard dans la nuit. C’est nu qu’il a regagné, avec ses compagnons, le village de Toubacouta précédés par des femmes qui leur ont apporté des pagnes pour couvrir leur nudité. « Je ne comprends pas comment on peut croire que ces gens-là, qui n’ont été que des victimes du MFDC, puissent devenir des militants du MFDC, des tueurs. » S’est interrogé Pape Sobath Sané, le nouveau chef du village de Toubacouta.

Aussi, six mois avant son décès survenu en juin dernier, Oumar Diémé, l’aîné de Adama Diémé, avait confié, à Kewoulo, toute son incompréhension de voir les leurs frères être taxés de « rebelles » alors même que les deux anciens membres du MDFC, de ce groupe de prisonniers, avaient depuis plusieurs années renoncé à la lutte armée. Cheikh Oumar Diédhiou et Adama Diémé, qui étaient des combattants du MFDC, ont déposé les armés en 2008, suite à l’appel du président Abdoulaye Wade fait aux combattants de rejoindre la République. En renonçant à la lutte armée, le MFDC les a condamnés à une mort certaine. « C’est pour cela qu’ils n’ont jamais remis les pieds en brousse. Puisqu’ils savent que leurs têtes sont mises à prix. » Regrette-t-on à Toubacouta. Aujourd’hui, ce sont ces cibles de grandes valeurs du MFDC que la gendarmerie a arrêté, jeté en prison et accusé d’actes odieux que leurs ennemis ont commis.

Laisser un commentaire