Boffa Bayotte : Seyni Sané, parcours du chef mal aimé de Toubacouta condamné à mort par les suspicions

Boffa Bayotte : Seyni Sané

pavillon-mort-detenu
pavillon-mort-detenu

Au nombre de 26, les personnes présumés auteurs et complices des meurtres, perpétrés le 6 janvier 2018 dans la forêt de Bayottes, sont pour la plupart originaires du village de Toubacouta. Alors que l’on s’attendait à enquêter sur le parcours de démons sanguinaires, de combattants aguerris du maquis qui auraient crânement revendiqué leur crime comme on l’avait entendu à Ziguinchor et à travers tout le pays, Kewoulo, qui vient de boucler 12 jours d’enquête en Casamance, a découvert que les présumés coupables ou complices de cette tuerie ne sont pas tous si louches qu’on a voulu nous le faire croire. Enquête.

Présentés comme les 26 “méchants rebelles” qui, le 6 janvier 2018, ont endeuillé la Casamance en commettant un énième meurtre de masse sur son sol, «les présumés complices» des «auteurs insaisissables» -les appellations sont de Robert Sagna- de la tuerie de la forêt de Bayotte Est ne paraissent tous pas être capables de porter le chapeau que les enquêteurs veulent leur attribuer. Premier de cette liste sordide qui les a conduits en prison et doyen des «présumés complices», Seyni Sané était âgé de 81 ans au moment de son arrestation. « En fait, c’était notre chef de village. Mais, beaucoup ici ne le connaissait, pas personnellement. Parce que ça fait très longtemps qu’il ne vit plus à Toubacouta», a déclaré Pape Sombath Sané, le nouveau chef de village. Si Seyni Sané est officiellement le chef du village de Toubacouta, il y a belles lurettes qu’il ne sait plus ce qui se passe dans ce village au cœur de la polémique de l’après tuerie.

«Ça remonte à très longtemps, on devait être en 1992. Et, cette année-là, les rebelles avaient attaqué son village et tous les villages environnants. Avec les populations, le chef Sané qui était notre doyen avait fui pour se réfugier à Ziguinchor. Et, malgré le temps et le timide retour des populations, lui, Seyni Sané, n’est jamais revenu. Il a préféré rester à Ziguinchor», a témoigné Edouard Dassylva, le chef du village de Boffa Bayotte. Ce que le chef Dassylva ne dit pas, c’est qu’après ces départs précipités et l’abandon des villages, de leurs champs et de leurs bétails, une vague d’arrestation s’est abattue sur les réfugiés. De nombreux villageois avaient été emprisonnés, accusés de complicité ou d’appartenance au MFDC. «Beaucoup ont soupçonné le chef Seyni Sané de les avoir dénoncé et ont promis de se venger, un jour où l’autre», a soufflé, à Kewoulo, une source qui a préféré requérir l’anonymat.

 

Parce que, ici, même si le mot pardon est sur toutes les langues, les rancœurs sont tenaces et l’oubli des offenses a tendance à se faire denrée rare.  Et, puisque sur cette terre de Casamance, où il est de coutume de dire que «il faut faire boire du pus à celui qui nous fait boire du sang», la pomme de discorde prend souvent énormément de temps à perdre l’acidité de son gout, le chef Seyni Sané n’a jamais eu le courage de revenir au village ; même si l’autorité administrative, puisque c’est elle qui nomme les chefs de village, l’a toujours soutenu jusqu’à cette fameuse affaire de la forêt des Bayottes. S’il avait été soupçonné dans la vague d’arrestation des années 1990, Seyni Sané a, cette fois ci, bénéficié du soutien de ceux qui sont restés à Toubacouta.

Cette fois-ci, tous ont reconnu que c’est un innocent qui est mort dans les geôles sénégalaises. «Quand il a été interrogé par les gendarmes  qui lui ont demandé s’il avait participé à une réunion tenue le 3 janvier 2018 au foyer de Bourofaye Diola, pour attaquer les coupeurs de bois, mon père leur avait dit qu’il ne savait pas ce qu’on lui demandait. Parce qu’il ne vivait plus à Toubacouta depuis plus de 20 ans. Et, il leur a demandé d’interroger Ibou Sané, Nafoute, son Secrétaire général. Parce que, c’est lui le véritable chef du village de Toubacouta.» A déclaré sous anonymat un des enfants de Seyni Sané.

Alors qu’il croyait pouvoir se tirer d’affaire, Seyni Sané, malgré ses 81 ans et le fait qu’il ne vivait plus dans ce village, a été inculpé et placé sous mandat de dépôt. Son tort, c’est d’avoir vu son nom apparaitre sur la fameuse liste –feuille de présence des personnes qui auraient assisté à une réunion préparatoire des meurtres- remise par Maurice Badji, le chef de village de Bourofaye Diola, aux enquêteurs.

Alors que tout le village a toujours cru que c’est Ibou Sané Nafoute qui aurait balancé son doyen, du fond de sa cellule, le dernier Secrétaire général de Toubacouta a fait savoir que lui n’a balancé aucun vieux dans cette affaire. «Tous les vieux ont été cités par Maurice Badji. Moi, je n’ai cité que des jeunes de Toubacouta», crie-t-il à l’humanité. De son coté, après avoir longuement crié son innocence -de ces crimes de masse-, Seyni Sané est, à 82 ans, mort le 1er Aout 2019 au pavillon spécial de l’hôpital Aristide Le Dantec. Il n’aura jamais l’opportunité de retrouver, à nouveau, Toubacouta, ce village tant aimé. Et qui lui a pourtant causé tant d’ennuis sur terre.       

4 Commentaires

Laisser un commentaire