Belgique : la justice ordonne à l’Etat de rapatrier six enfants de jihadistes belges de Syrie

Texte alternatif de la bannière

La justice belge a ordonné à l’Etat, mercredi 26 décembre, d’organiser le rapatriement de six enfants belges de combattants jihadistes.

Les enfants, âgés de 0 à six ans, et leurs deux mères âgées de 25 et 26 ans sont hébergés dans le camp de réfugiés à Al-Hol, contrôlé par les autorités kurdes en Syrie, dans le nord-est du pays. « Ils n’ont aucune liberté de mouvement », a expliqué à l’AFP Anouk Devenyns, porte-parole du tribunal néerlandophone de Bruxelles.

Un juge des référés du tribunal a ainsi pris le contre-pied d’un arrêt rendu pendant l’été par la cour d’appel, qui avait rejeté la requête de deux mères de trois enfants chacune. Cette fois, le juge a estimé qu’au nom des intérêts des enfants, l’Etat belge devait prendre « toutes les mesures nécessaires et possibles » pour les faire revenir, selon une copie de la décision transmise à la presse.

40 jours pour rapatrier les enfants et leurs mères

Il a donné à l’Etat 40 jours pour s’exécuter, sous peine d’une astreinte de 5 000 euros par jour et par enfant, et proposé une série de mesures concrètes pour y parvenir. Ainsi, l’Etat belge est invité, pour prendre contact avec les autorités du camp, à recourir, si besoin est, « au personnel diplomatique et/ou consulaire d’un autre Etat de l’UE ». La Belgique ne dispose pas, en effet, de représentation consulaire en Syrie.

L’Etat belge devra aussi délivrer les papiers d’identité nécessaires, y compris aux deux mères, qui doivent pouvoir envisager le voyage avec les enfants dans un cadre « sécurisé », sans être forcées de fuir. Et même si leurs mères sont incarcérées à leur retour en Belgique, « un contact restera possible »avec les enfants dans de meilleures conditions qu’actuellement en Syrie, a fait valoir Anouk Devenyns.

Laisser un commentaire