Avortement clandestin: Après son audition à la SR, Cheikh Yérim Seck sera réentendu demain à 10 heures

Le journaliste Cheikh Yérim Seck est reparti tard de la Section de Recherches de la gendarmerie. Après plus de 10 heures passées dans les locaux de la SR à Colobane, le patron de Yerim Post a été laissé en liberté avec l’injonction de se rendre dans les locaux de la Section de Recherches à 10 heures, ce mardi.

Entendu en audition libre sur sa présumée complicité dans un avortement clandestin, le journaliste Cheikh Yérim Seck est reparti chez lui. A en croire des sources proches de l’ancien rédacteur de JeuneAfrique, les pandores lui ont demandé de se rendre à leur unité, demain à 10 heures. Si, pour le moment, rien n’a filtré du face à face entre les gendarmes et le journaliste, tout porte à croire que le dossier n’est pas classé. Loin de là. A en croire des sources judiciaires proches du dossier, “c’est l’arrestation de la demoiselle N. Th qui a précipité cet énième trébuchement du golden boy de la presse.”

Prise en flagrant délit d’avortement clandestin, elle a tout simplement annoncé aux gendarmes que “c’est Cheikh Yérim Seck qui est l’auteur de sa grossesse. Et c’est lui qui, pour éviter un déshonneur, lui a demandé d’avorter et lui a donné les moyens pour le faire.” Aussi, cette fille qui habitait avec sa famille à Dakar a été éloignée des siens et logée aux Mamelle par les soins de Cheikh Yérim Seck afin de vivre leur amour à l’abri des yeux indiscrets. Et des oreilles trop larges. Comme elle, une de ses meilleures copines, a été arrêtée. Et cette dernière serait celle qui lui aurait facilité sa rencontre avec un faux médecin, le Dr Yaya Sow, résidant à la cité Fadia de Dakar.

Expert reconnu et couru pour sa maîtrise des interruptions volontaires de grossesses, ce fameux “docteur” est un sacré client que la justice connait déjà. Tout dernièrement, il a été élargi de prison après 8 mois passés derrière les barreaux. Et ce dernier, qui a reconnu avoir été payé par la dame N. Th, est simplement passé aux aveux. Avec ces confessions, les gendarmes ont décidé dès, le samedi, de placer le trio en garde à vue avant de convoquer Cheikh Yérim Seck pour ce lundi. Sans connaitre le contenu des discussions, tout porte à croire que Cheikh Yérim Seck a refusé d’endosser un quelconque rôle dans cette affaire. Et, après avoir fini les auditions, les gendarmes -qui ont informé le procureur- se sont vus demander de le libérer et de le convoquer demain matin, à 10 heures.

Comprenant le fonctionnement du code de procédure pénale, Kewoulo est en mesure de croire que Cheikh Yérim Seck sera arrêté ce mardi et déféré aussitôt au parquet. Puisque la fin des 48 heures de garde à vue du trio tombera ce mardi matin, tout porte à croire que le maître des poursuites a, pour ne pas attirer les journalistes et l’attention sur la Section de Recherches, préféré le laisser passer cette nuit chez lui. Et le présenter demain au parquet. Une semaine jour pour jour après son dernier passage à la cave. Et, cette fois ci, avec le risque de passer entre 6 mois à deux ans derrière les barreaux.

Laisser un commentaire