Astou Traoré : L’étoile est plus que scintillante à la vieillesse de la « Lionne »

Astou Traoré : L’étoile est plus que scintillante...

0

Elle-même n’y croyait plus certainement en 2011, lorsque la coupe de l’Afrobasket s’échapait entre les griffes des « Lionnes » du Sénégal devant l’Angola. Astou Traoré pensait qu’elle n’avait plus la chance d’être championne d’Afrique. Aujourd’hui c’est plus qu’un mérite, à son âge.

L’étoile de la chance a tardivement illuminé sa carrière internationale. En 2011, quand l’équipe nationale du Sénégal de Basket tombait devant l’Angola, arme à la main, Astou Traoré était inconsolable. Elle a pleuré des larmes d’une «Lionne» déchue et déçue.

Astou qui avait indiqué la voie du succès des siennes jusqu’en finale sans la moindre défaite, concevait mal le constat d’une défaite brutale orchestrée par une formation angolaise qui n’était pas meilleure de celle sénégalaise. Jusqu’à cet Afrobasket 2011, la talentueuse joueuse n’a jamais gagné un trophée continental. Et dans sa tête se taraudait le risque de ne plus s’adjuger ce titre dans sa carrière.

Son âge ne le présageait pas, à 30 ans. Ce n’est qu’en 2015 que la « Lionne » rugira toute sa joie d’orner la vitrine de sa carrière internationale par un trophée continental. C’était à Yaoundé quand elle et ses camarades domptaient les « Lionnes indomptables » du pays organisateur, le Cameroun.

Deux ans plus tard, la mbouroise gagne encore la confiance de l’entraîneur Moustapha Gaye et constitue l’ossature de l’équipe du Sénégal qui défend son titre à Bamako, avec Aya Traoré, Mame Mary Sy, Ndeye Sène et Mame Diodio Diouf. Dans cette mission, Astou et ses coéquipières en sont à leur troisième succès d’affilé en traversant difficilement la République démocratique du Congo ce dimanche 20 Août.

Elle-même s’en est rendu compte à la fin : « C’était un match difficile, mais nous l’avons remporté. Nous sommes ici pour défendre notre titre et nous savons que la tâche sera ardue, parce que toutes les équipes veulent nous battre. »

Alors l’ambition de l’adversaire est claire. Et la « Lioncelle » de Malicounda de Mbour, 36 ans, devra vendre sa peau en quart de finale pour passer à l’étape des demies. Elle en a les moyens, en bonne scoreuse, maîtresse-d’œuvre des victoires du Sénégal : 26 points au premier match face à la Guinée, 29 points aux dépens du Mozambique et 19 points marqués sur le panier de la RDC. Son adresse est reluisante. S’y ajoute que la joueuse a le don de varier son jeu. En défense, comme sous la raquette, Astou brille, pourtant en bonne ailière.

Son importance sur le terrain ne l’échappe pas: « Je pense que c’est important que je sois sur le terrain. Si je marque, c’est grâce à mes coéquipières. Ma présence est cruciale pour les joueuses de notre groupe, car je leur apporte de la confiance. Je me donne toujours à 100% pour aider mes sœurs.»

Pourvu que cette belle dynamique se poursuive afin de conserver son titre qui sera le deuxième de sa carrière avec l’équipe nationale sénégalaise de basket.

Laisser un commentaire