Basket-ball féminin/Palmarès: Le Sénégal leader du Basket africain

Basket-ball féminin

L’équipe nationale féminine de basket est de nouveau sur le toit de l’Afrique grâce à sa première victoire en Coupe du monde, ce dimanche 23 septembre, contre la Lettonie (70-69). D’une nation aux résultats relativement médiocres au Mondial (12e en 1979), le Sénégal s’est peu à peu imposé comme une grande nation du basket africain.

Une place qu’il a renforcée avec deux matches, dont un gagné dans cette édition 2018. L’équipe du Sénégal a joué huit Coupes du monde (1975, 1979, 1990, 1998, 2002, 2006, 2010 et 2018) sur dix-huit, et a toujours été éliminée dès le premier tour.

Les Lionnes couraient après une première victoire au Mondial depuis leur première participation en 1975. Sans expérience mais avec la fougue d’un petit poucet, Astou Traoré et ses partenaires vont cette fois-ci franchir le premier tour du tournoi. Une qualification historique, car elles vont terminer au moins troisièmes et valider définitivement le billet pour le Quarter-Final Qualifications, le Top 12 de la Coupe du monde 2018. Après avoir franchi le premier tour du Mondial avec les Lions, le coach Cheikh Sarr va donc rééditer l’exploit avec les Lionnes.
L’équipe du Sénégal de basket-ball féminine a été onze fois championne d’Afrique en 22 éditions (1974, 1977, 1979, 1981, 1984, 1990, 1993, 1997, 2000,2009 et 2015).

Elle a aussi été sept fois vice-championne d’Afrique (en 1968, 1975, 1983, 1994, 2005, 2007, 2011 et 2017).
Et trois fois médailles de bronze en 1970, 2003 et en 2013. Elle devient ainsi la plus titrée à l’échelle du continent chez les dames.
L’équipe sénégalaise n’a jamais ratée un podium des Jeux Africains depuis 1963, avec un impressionnant palmarès de sept titres de championnes (1965, 1973, 1978, 1995, 1999, 2007 et 2011).
une finale perdue en 1991 et deux médailles de bronze (1987 et 2003). À noter que l’équipe sénégalaise est restée sur le podium continental depuis 1990, un record de longévité équivalent à celui de l’Angola chez les hommes.

Laisser un commentaire