Enquête: L’intrigante obsession mortelle d’une femme de ménage à Ouest Foire

Enquête: L'intrigante obsession mortelle

Une présumée affaire de viol suivi de meurtre alourdit l’atmosphère à Ouest Foire. Dans le milieu des « petites mains des patrons », une femme de ménage, sortie de la maison d’un courtier, a été déclarée morte au poste de santé. La grosse quantité de sang coulant de ses narines comme le comportement peu recommandable du courtier ont rendu suspecte cette mort que les médecins avaient, pourtant, déclaré naturelle. Récit d’une obsession mortelle… 

 

Jeudi 13 juillet 2017. Nous sommes à Ouest Foire, dans la proche banlieue dakaroise. Il est 19 heures lorsque, sorti en sueurs d’un bâtiment inachevé qui lui sert de maison, Ngagne Dia s’est mis à appeler au secours. « Aidez-moi, aidez-moi, une femme est tombée dans ma maison« , criait-il. Venus à son secours, les riverains se sont précipités dans la maison, ont pris la femme alitée et l’ont conduit directement aux urgences du dispensaire Philippe Maguilène Senghor de Yoff.

De témoignages reçus par les premiers intervenants, « c’est une femme couchée sur le dos, du sang sortant des narines qu’ils ont trouvée. Elle ne respirait pas et ne portait, par contre, aucun hématome sur le corps. Aucun signe de lutte, non plus, n’a été remarqué autour de la victime.« 

Enormément de sang coulait de son nez 

De garde ce jour-là, le médecin qui a reçu la victime a fait le même constat. Après avoir reçu la patiente et vu les circonstances de la conduite de cette malade inanimée dont tout laisse à croire qu’elle serait victime de violences conjugales, le praticien a jugé nécessaire d’alerter la brigade de gendarmerie de la Foire. « Vu que du sang coulait abondamment de ses narines, on avait parlé de cas suspect de violences« , a témoigné une source médicale auprès de Kewoulo.info.

Et les nombreuses tentatives des médecins de la ranimer vont s’avérer vaines. De guerre lasse, le médecin de garde finit par constater la mort de la femme. Elle s’appelait Aminata Ndiaye et avait 43 ans. Fort de ces détails, le médecin de garde contacte, à nouveau, la brigade de gendarmerie de la Foire. « Cette fois-ci, c’est pour une mort suspecte que les gendarmes sont appelés« , a soutenu une source judiciaire. 

Les données ont changé. Et, c’est sur un possible cas d’homicide que les hommes de l’adjudant-chef Ousmane Sankharé vont enquêter. Intrigués par les doutes du médecin -sur la nature de cette mort-, l’officier de police judiciaire -qui a fait le constat- alerte aussitôt le parquet de Dakar.

Face aux suspicions légitimes des blouses blanches, le parquet ordonne une autopsie. Comme au dispensaire Philippe Maguilène Senghor où on avait vu ni trace de strangulation, ni hématome encore moins de signes, perceptibles, de traumatisme, le médecin-légiste a conclu à « une mort naturelle. »  

Les graves indices qui confondent Ngagne Dia 

Alors qu’on s’achemine vers la délivrance d’un permis d’inhumer, un examen gynécologique est venu tout chambouler. « On a découvert la présence d’une grande quantité de sperme et de spermatozoïdes, vivants, dans les parties intimes de la défunte« , a soufflé une source judiciaire à Kewoulo.info. Cette trouvaille change la donne. Et ouvre une brèche aux enquêteurs de la brigade de la Foire. 

Aux premières heures de leur enquête, ils avaient auditionné Ngagne Dia sur les circonstances du « malaise de Aminata Ndiaye » en sa compagnie. Et, il avait dit aux enquêteurs comme aux voisins -venus l’aider à transporter le corps- que « la dame a eu une crise d’épilepsie. » Mais, les gendarmes, qui ont rendu visite à l’époux de la défunte, vont apprendre que « Aminata Ndiaye n’a jamais été épileptique de sa vie. » 

Cette contradiction va être aggravée par des révélations troublantes: Ngagne Dia est obsédé par Aminata Ndiaye. Et il avait, toujours, cherché à l’avoir dans son lit. 

Venu de Thies où deux épouses régulières l’attendent, Ngagne Dia qui est né en 1954 habite dans un bâtiment en construction à Ouest Foire. Et c’est là qu’il exerce le métier de courtier. « Il recrutait de jeunes dames qui cherchaient des emplois de ménagères et les plaçait chez des particuliers.« , témoignent ses collègues.

Un obsédé, abusé! 

C’est dans ce cadre-là que Ngagne Dia a fait la rencontre de Aminata Ndiaye. « Je lui avais demandé en de nombreuses reprises si elle était mariée. Et elle a toujours répondu qu’elle était célibataire. » A déclaré Ngagne Dia qui s’est dit surpris d’apprendre que celle sur qui il avait flashé était mariée et mère de famille. 

Auparavant, après lui avoir trouvé un emploi, le courtier -qui voyait rejetées ses avances-, avait acheté deux téléphones portables à l’élue de son coeur, dans l’espoir de l’intéresser davantage. Mais, ses largesses n’y ont rien changé. Et après des semaines sans nouvelles de Aminata Ndiaye, le courtier qui s’est rendu sur son lieu de travail a appris que la dame avait quitté son emploi, sans prendre le reliquat que lui devait ses anciens patrons. 

Il récupère l’argent restant. Et appelle, aussitôt, Aminata pour qu’elle vienne prendre son dû. « C’est moi qui ai décroché l’appel et lui ai dit que je suis le mari de Aminata. C’est ensuite qu’il ma demandé de dire à Aminata de venir chercher son argent avec lui à Ouest Foire. C’est ainsi que, au retour de son nouvel emploi, j’ai fait la commission« , a témoigné l’époux éploré.

Les zones d’ombre de l’enquête

Le lendemain, après avoir quitté son travail, à 18 heures, la dame est venue au rendez-vous pour récupérer son argent. C’est de ce rendez-vous qu’elle a été sortie morte. Face à ces indices graves et concordants, les gendarmes ont cueilli et placé Ngagne Dia en garde à vue avant qu’il ne se retrouve en prison, à Reubeus.

Et ce, en l’absence des résultats d’un test ADN qui auraient permis de savoir si le sperme retrouvé dans les parties intimes de la défunte appartenait à Ngagne Dia ou non. Pensionnaire de la prison de Reubeuss, Ngagne comme ses parents continuent de crier à l’erreur judiciaire.

Vu que les spermatozoïdes sont encore vivants, des examens gynécologues poussés comme une autopsie interne pointue auraient permis de savoir si le rapport sexuel qu’elle a subi au cours des dernières 72 heures -durée de vie des spermatozoïdes- était consenti ou pas. Si c’est avec son époux ou pas. Si Ngagne Dia, qui affirme n’avoir jamais eu de rapport intime avec la victime, dit la vérité ou pas.

Autant de zones d’ombre que la médecine légale, au Sénégal, ne permet, pour le moment, pas d’élucider scientifiquement. Seul un à deux  laboratoires privés, au Sénégal, permet les tests d’ADN. Et la justice, qui ne bénéficie pas de budgets alloués au paiement de ces examens jugés trop chers, va se contenter de Ngagne Dia pour les futures cessions de la Cour d’Assisse de Dakar.    

Babacar Touré

Journaliste-investigateur 

1 COMMENTAIRE

  1. ah non suis pas du tout d’accord avec le verdi-que jusqu’a preuve du contraire. on ne prive pas une persone de sa liberté sur de simple supposition. et si c’était le mari lui méme apres avoir recu le coup de fil de l’homme qui c’est defoulé sur sa femme et comment peut il avoir le portable de sa femme jusqu’a repondre au appel de ce dernier alors qu’elle est supposé aller travailler et que labas elle aurais plus besoin de son call au cas ou ces patrons voudrions le joindre pour une urgence.
    justice sénégal tous des incapable pour un test ADN il croupie en prison et si cétait pas lui vu que on connait tous la durée de vie des spermatozoides.

    dégouté de ma justice

Laisser un commentaire