Assemblée générale de l’Ums : Maguette Diop en quête d’un second mandat, Marième Diop et Souleymane Teliko en embuscade

Assemblée générale de l’Ums : Maguette Diop

0

L’Union des magistrats du Sénégal ( Ums), tient samedi prochain son assemblée générale élective. Le président sortant, Maguette Diop est candidat à sa propre succession. Il va croiser le fer avec deux hauts magistrats que sont Marième Diop et Souleymane Teliko.

Inconnu du grand public, Marième Diop est présentée par ses pairs comme une femme de caractère, qui veut jouer des premiers rôles au sein de l’Union des magistrats du Sénégal(UMS).

Elle s’autoproclame le porte-étendard de la gente féminine dans ce prestigieux corps à prédominance masculine. Elle entend jouer les trouble-fêtes puisque ses chances pour être la toute première femme à diriger l’UMS, sont assez minces.

Par contre, le juge Souleymane Teliko semble être le candidat le plus sérieux pour faire face au président sortant Maguette Diop. Juge à la cour d’Appel de Thiès, un bastion de refus pour magistrats, l’intraitable Souleymane Teliko, en sa qualité de membre élu au Conseil supérieur de la magistrature(CMS), avait fait l’actualité judiciaire il y a quelques mois.

Ce, pour avoir dénoncé le recours abusif, par le président de la République et son ministre de la Justice, des procédures de consultations à domicile pour l’affectation des juges et procureurs. Pour corriger le turbulent magistrat, le ministre de la justice, Me Sidiki Kaba, avait voulu le faire traduire devant un conseil de discipline.

La mobilisation de ses pairs ainsi que le tollé provoque dans l’opinion, avaient fait reculer le ministre. En tout cas, avec Souleymane Téliko comme président de l’Ums, les magistrats auront un leader sans peur et sans reproche, tel le Chevalier Bayard, pour diriger leurs combats. A preuve, on nous confie d’ailleurs, que ce sont des collègues qui ont poussé Teliko à déposer sa candidature.

Toutefois, l’actuel président, Maguette Diop, entend défendre crânement ses chances. Il a un bilan à faire valoir, pour pouvoir convaincre ses électeurs. Parmi ses acquis, on notera que c’est sous son magistère que le président de la République a nommé d’un seul coup, 61 magistrats à la hors-hiérarchie.

Il est aussi monté au front à chaque fois que de besoin, pour veiller sur l’honorabilité des magistrats souvent victimes d’attaques et d’outrages gratuits et infondés.

Source : Le Témoin

Laisser un commentaire