Assa Traoré, porte-voix des banlieues françaises: « Mon rêve est qu’il y ait une révolution en France »

Femme d’exception, Assa Traoré est désignée Icone des Droits par la rédaction de Kewoulo.info pour être célébrée et honorée en ce jour spécial dédié à la femme. Sœur rêvée de tous les garçons et défenseure acharnée des Droits de l’homme, elle est l’aînée de la famille d’Adama Traoré, ce jeune français, d’origine africaine, tué dans les locaux de la gendarmerie de Persan, à Beaumont-sur Oise, en région parisienne. Hôte du jour, Assa Traoré est revenue, avec nous, sur ce drame qui a chamboulé la vie des siens et l’a mis, contre sa volonté, sur les devants de la scène médiatique à défendre, au delà de ses frères biologiques, toutes les victimes des bavures policières et le racisme ambiant qui a cours en France. Entretien…

  • Assa Traoré, vous êtes la sœur d’Adama Traoré, Adama est un jeune français tué dans les locaux de la gendarmerie de Beaumont Sur Oise, suite à un banal contrôle d’identité. Plusieurs mois, après ce drame et les bouleversements survenus avec notamment l’emprisonnement de Youssouf et la mise sous écrou de votre jeune frère Bagui, poursuivi pour de présumées menaces à l’encontre des forces de l’ordre, comment vit la famille?Assa Traoré

  • Bonjour le Sénégal. Qu’est qu’on peut dire sur la situation de la famille? La famille de Adama Traoré, ce jeune homme tué dans des situations très atroces dans les locaux de la gendarmerie? Adama Traoré qui a subi un placage ventral? Aujourd’hui ça fait 7 mois qu’on se bat, ça fait 7 mois qu’on a sorti des vérités. Les vérités sont que Adama n’est pas mort par crise cardiaque, mais asphyxié. Contrairement à la version officielle. Les vérités sont que Adama a subi quelque chose de très grave. On démontré que Adama n’est pas un toxicomane; aucune trace de drogue, aucune trace d’alcool n’a été trouvé sur sa dépouille. Nous avons demandé et obtenu la mutation du procureur Yves Vianni qui a été dessaisi de l’affaire. Nous avons demandé le dépaysement de l’affaire qui a été déplacée du Val d’Oise sur Paris. On a actuellement trois juges, chose exceptionnelle, pour une affaire de violences policières, qui s’occupent de ce dossier. Nous faisons face au maire de Beaumont qui a déposé une plainte contre moi, les rapports de forces sont inégaux. Mais nous luttons. Pendant ce temps, mes deux frères sont incarcérés sur la base du mensonge. Une juge les a placés en détention sur la base du mensonge. Les médias les ont repris. Mais, avec le temps, on voit que c’est de la mascarade, un cirque. Aujourd’hui, on voit que c’est une machination qui a été mise en place. Ils ont préparé ce coup: c’est mettre Bagui en accusation de tentative d’assassinat envers des forces de l’ordre; tentative qui serait commise en juillet dernier, au moment des émeutes.
  • Aujourd’hui qu’est-ce qu’ils peuvent trouver de pire comme accusation contre la famille d’Adama Traoré?

  • Aujourd’hui, ils veulent détruire la cellule familiale de la famille Traoré. C’est un acharnement continuel contre la famille Traoré.  Une pression quotidienne de l’Etat, des forces de l’ordre et de la justice sur la famille Traoré. Mais, ce qu’on peut leur dire c’est que la famille Traoré, en tout cas, va continuer de réclamer la justice et la vérité pour Adama Traoré. La famille Traoré se battra pour la libération de Bagui. D’ailleurs, samedi dernier, on s’est organisé sur Beaumont et on a demandé la fin de cet acharnement que nous subissons. Nous nous sommes mobilisés pour obtenir la libération de mes frères. Ce qu’on peut retenir, c’est que cette animosité renforce la famille Traoré et nous convainc du bien fondé de notre combat. On va continuer de nous battre, on ne lâchera pas ce combat. Quoi qu’il arrive. Quoi qu’il fasse, la mort de Adama est représentative du mal être de la France. La France est un pays antidémocratique, la France est un pays qui nous fait croire que nous pouvons nous exprimer; que c’est un pays de liberté; que c’est un pays de droit. Mais, on le voit, au travers de notre affaire, que ce n’est pas un pays de Droit, ce n’est pays de liberté. C’est un pays d’oppression, c’est un pays où la justice peut nous enfermer; même sur la base de mensonges. Voila où est-ce qu’on en est. Mais, la famille Traoré ne changera pas de position; la famille Traoré continuera de se battre. Nous continuons à demander justice et vérité pour Bagui. La vérité pour Adama. Et demandons, aujourd’hui, que les gendarmes soient condamnés. ça fait 7 mois que Adama a été tué par ces gendarmes et, ils n’ont jusque-là, pas été auditionnés ne serait-ce qu’une seule fois. Et Bagui, le petit frère de Adama, se retrouve enfermé pour tentative d’assassinat. Et je tiens à préciser que l’élément le plus important pour Bagui et sa femme, Sara, qui a été en garde à vue, ils ont été les dernières personnes qui ont vu Adama Traoré dans les locaux de la gendarmerie. Ce sont les témoins principaux de la mort de Adama. Ce sont les dernières personnes qui ont vu Adama, allongé dans les locaux de la gendarmerie de Beaumont. Ce sont les dernières personnes qui peuvent identifier les gendarmes qui étaient dans les locaux de la brigade. Aujourd’hui, c’est pour les affaiblir qu’ils sont intimider. Et pour, demain, discréditer leurs témoignages en les faisant passer pour des racailles, pour des voyous. Et les discréditer. On a tué mon frère Adama physiquement. Et, aujourd’hui, ils veulent tuer Bagui mentalement (à préciser que Bagui Traoré a entamé une grève de la faim depuis 3 jours contre son incarcération à la prison de Fleury-Mérogis). La famille Traoré ne lâchera pas l’affaire. On ne lâchera jamais. Aujourd’hui, le soutien pour la cause d’Adama est au delà de Beaumont, au delà de la France. Aujourd’hui on est reçu et écouté par des journalistes italiens, brésiliens etc. Les demandes d’interviews viennent de partout. La seule cause pour laquelle on se bat, c’est la justice et la vérité. Pour Adama, pour Théo et pour toutes les victimes anonymes.
  • On voit l’engagement de la jeunesse africaine en France, la détermination de la jeunesse banlieusarde française. En même temps, on assiste à un silence assourdissant de la jeunesse africaine. Qui est-ce qui peut être fait du côté du continent africain, votre terre d’origine, pour vous accompagner dans ce combat qui, au delà de l’affaire Adama Traoré, est universel?

  • On sait que la population africaine, ici, les associations et organisations nous soutiennent. Des jeunes originaires de l’Afrique nous soutiennent. Ce qu’on peut espérer, c’est de voir que le jour où l’Afrique se réveillera et s’intéressera, enfin, à la violence policière faite à l’encontre de ses fils en France. Ce jour-là, on aura fait un pas en avant. Mais, je pense d’abord qu’il faut qu’on puisse changer les mentalités. Que l’Afrique arrête de penser la France, à travers les prismes des occidentaux. Malheureusement, nous sommes conditionnés. Il n’y a plus de paternalisme. C’est le combat que nous menons aussi. Aujourd’hui, c’est nous qui menons le combat, ici, en France. Ce n’est pas nous qui mettons le feu pour que les occidentaux viennent l’éteindre. Le jour où les Africains comprendront cela, ce sera très bien. Nous aimerons que pour Adama, les gens s’organisent dans chaque pays et réclament justice. Cela nous rendra très fiers. Et on aura réalisé quelque chose de très grand. En tout cas, le Sénégal, pour ce qui lie concerne, s’est engagé très tôt dans le combat, après la mort de Adama Traoré. Des personnes au Sénégal ont fait confectionner des tee-shirts avec la photo d’Adama et nous les ont envoyés tout de suite. Ce sont des initiatives louables, très bonnes et chaque personne le fait à sa façon. Tout cela participe à rendre visible notre combat. Nous invitons l’Afrique à dénoncer. A manifester et à avoir ce genre de gestes venus du Sénégal, à faire des tee-shirts, des banderoles et à réclamer justice pour Adama Traoré.
  • Il y a eu Mama Galledou dite Tako, une sénégalaise brûlée vive à Marseille -le 28 octobre 2006-, Adama Traoré tué -le 19 juillet 2016- dans les locaux de la gendarmerie à Beaumont-Sur-Oise et aujourd’hui, le jeune Théodore L, torturé -le 2 février 2017- par des policiers, en Seine Saint-Denis, à la suite d’un simple contrôle d’identité. Qui est-ce qu’il faut de pire, pour la France accepte de se regarder dans la glace et accepte de reconnaître la liberté, l’égalité, la fraternité à tous ses citoyens; qu’ils soient noirs, blancs ou jaunes?

  • Moi, ce que j’ai envie de dire, c’est le mot Révolution. C’est ce que j’ai envie de dire. Il faut une Révolution en France. Des gens, avant nous, ont fait la Révolution pour que nous puissions avoir ce semblant de Droit, une certaine condition de vie. Des gens, avant nous, ont fait que la condition des Noirs puisse changer. Des gens, avant nous, se sont battus pour que des gens comme vous et moi puissions nous exprimer librement; quand on peut. Aujourd’hui, il faut une Révolution en France. Pour faire plier cette mauvaise France. Pour faire cesser cette violence aveugle. Aujourd’hui, je souhaite vivement une Révolution pour que ces injustices sociales ne soient plus acceptées en France.

Laisser un commentaire