Affaire Pétro-tim : les deux options qui s’offrent au Doyen des juges

Depuis l’audition de Aliou Sall, jeune frère du président de la République Macky Sall, le 25 novembre dernier dans l’affaire présumé scandale Pétro-tim, c’est le statu quo, car aucun acte n’a été posé, malgré la pression de certains membres de l’opposition. Les deux qui restent au Doyen des juges sont un non-lieu ou une commission rogatoire.

Des sources proches de cette instruction attestent que l’affaire n’avance pas. En plus, dans le dossier personne n’a été accusé de ces malversations. Alors que le réquisitoire introduit du procureur de la République visait X, c’est-à-dire d’une personne non encore identifiée. Les mêmes sources confient que le magistrat enquêteur peut constater que les faits qui lui sont soumis ne sont pas constitutifs d’une infraction. Ce qui signifie qu’il n’aura personne à poursuivre. L’option qui lui restera donc est de faire une ordonnance de non-lieu. 

La seconde option au Doyen des juges, c’est une commission rogatoire s’il juge nécessaire de poursuivre les recherches en exploitant les pistes établies hors du territoire national. Dans ce cas, Samba Sall sera obligé de faire recours à une commission rogatoire. Surtout dans l’hypothèse de vouloir auditionner l’homme d’affaires Frank Timis qui est au cœur de ce scandale présumé. Ou encore Mayena Jonnes, la journaliste de BBC qui a réalisé l’enquête.

Laisser un commentaire