Affaire Khalifa Sall, l’Etat se constitue partie civile

Affaire

Les choses se corsent pour Khalifa Sall et ses collaborateurs inculpés dans le cadre de l’institution sur la gestion de la caisse d’avance de la ville de Dakar.

En effet, l’Etat s’est constitué partie civile dans cette affaire. La lettre de constitution a été déposée hier dans l’après-midi, au cabinet du Doyen de juges d’instruction. Des sources renseignent que c’est l’agent judiciaire de l’Etat (AJE) en personne, Antoine Félix Diom, qui l’a déposée avec les avocats, Mes Boubacar Cissé et Pape Moussa Felix Sow.

Joint par téléphone par Enquête, Me Cissé confirme la constitution de l’Etat mais précise que leur mandat n’a pas pour le moment évalué son préjudice. La robe noire a ajouté que l’AJE sera auditionné incessamment et qu’ils sont à la disposition du doyen des juges d’instruction.

Cette constitution ne sera pas certainement bien vue par la défense. Même si elle s’étonnait de l’absence de partie civile dans un dossier de détournement de deniers publics, les avocats du maire de Dakar ont déjà donné leur position. En effet, lors de l’audition au fond de Khalifa Sall, ils avaient laissé entendre que si tant est qu’il y a un préjudice, c’est la municipalité qui l’a subi.

Il s’y ajoute que les robes noires considèrent qu’à la faveur de l’acte III de la décentralisation, l’Etat n’a qu’une tutelle symbolique sur les collectivités locales.

Enquête

Laisser un commentaire