Affaire Aliou Sall: Pierre Goudiaby Atépa aimerait que le Sénégal retienne la leçon Petrotim

Affaire Aliou Sall: Pierre Goudiaby

L’architecte Pierre Goudiaby Atépa a fait face à la presse, hier, à Dakar. Après des heures passées dans les locaux de la brigade des affaires générales de la DIC où il était venu dire ce qu’il sait de l’affaire Franck Timis, le patron de Sénégal Rek a convoqué les journalistes pour leur livrer ses premiers sentiments de « l’affaire dite de la corruption de Aliou Sall« . Aussi, l’homme qui a introduit Franck Timis au Sénégal a fait savoir que les gens doivent arrêter de stigmatiser Franck Timis qui est loin d’être « cet homme au passé sulfureux » dont parlent les opposants.

Après un face à face de prés de 6 tours d’horloge passé avec les enquêteurs de la brigade des affaires générales de la DIC, Pierre Goudiaby Atépa a fait face à la presse. Au sein de son siège, où il a reçu la presse, il laissé entendre que la rencontre avec les enquêteurs de la police s’est bien déroulée même s’il a tenu à préciser aux journalistes qu’il ne dévoilerait pas le contenu de l’entretien qui fait l’objet d’une instruction judiciaire. Dès l’entame de son propos, Pierre Goudiaby Atépa a réaffirmé son amitié avec le businessman autralo-roumain que tout le monde dépeint au Sénégal sous les traits d’un sulfureux homme d’affaires qui aurait floué les Sénégalais.

Pour le patron du mouvement Sénégal Rek, « si Franck Timis a pu gagner 10 milliards de $ avec du pétrole sénégalais, c’est de notre entière faute ». Pour l’architecte, le succès de Franck Timis dans ces transactions démontre de la nullité des autorités sénégalaises qui ont négocié cette affaire. Aussi, Pierre Goudiaby Atépa a rappelé que depuis plusieurs années ce même Timis investit en Sierra Léone et si ce pays a pu avoir un taux de croissance qui avoisine les 51% -il était de 5% en 2011- elle le doit aussi aux gisement de Tonguilimi découverts par Franck Timis. « Je ne prends pas la défense de Franck Timis, encore que c’est un ami. Et je n’ai personnellement rien contre lui. Il faut que les gens fassent la différence entre un opérateur économique qui défend son bifteck et un fonctionnaire. Maintenant, que nos gens aient mal négocié cette affaire ce n’est pas la faute de Franck Timis. Il n’est pas ce diable qu’on nous dépeint ».

Pour Pierre Goudiaby Atépa, cette affaire dit du « scandale à 10 milliards de $ » doit servir de leçons aux Sénégalais afin que pareils scandales ne puissent plus se reproduire dans ce pays. « Parce que, à en croire le conférencier du jour, dès qu’on a découvert du pétrole quelque part on continue toujours à en trouver. Aussi, Pierre Goudiaby Atépa a assumé que c’est bien lui qui a introduit Franck Timis auprès de l’ancien président du Sénégal, Abdoulaye Wade, et convaincu ce dernier d’autoriser la prospection du pétrole par Africa Pétrolium dirigée par Franck Timis. Aussi, Pierre Goudiaby Atépa a lancé un os aux chiens de garde -c’est l’autre nom des journalistes- en leur indiquant la voie de Tiger Sharp. Un nouveau gisement pétrolier découvert au Sénégal et dont la gestion ne sera certainement pas semblable à ceux qui ont causé tant de polémiques.

PARTAGER
Article précédent«Macky devrait être démis de ses fonctions et jugé pour haute trahison», tel est le sentiment de Ousmane Sonko
Article suivantPSG : Neymar s’enflamme pour le « crack » Kylian Mbappé
Babacar Touré
Journaliste d’investigation, Babacar Touré est le Directeur de Publication de www.kewoulo.info. Il a dirigé la publication de www.senenews.com et a été, tour à tour, directeur de publication de L’indépendant-hebdo, un journal d’investigation sénégalais. Diplômé en Sciences politiques à l’Université de Paris 8, Saint-Denis (France), ancien Reporter à la rédaction du Témoin puis à L’Obs, à Dakar, Correspondant à Paris de Sen-Tv et La Tribune, il a collaboré avec Le Courrier de Mantes -Les Yvelynes-, Le Républicain, -Essonne- en région parisienne. Livres Publiés: -«Cote d’Ivoire, violences d’une transition manquée» (L’Harmattan 2007), -« Le triomphe de l’imposture, Enquête sur l’énergie au Sénégal» (Paris Edilivres 2009)

LAISSER UN COMMENTAIRE